lundi, 23 octobre 2017
 

Réaction du CODE au projet de loi sur le droit de vote des Camerounais de l’étranger

« Le droit de vote n’a de sens que si chaque vote est honnêtement comptabilisé »

Le CODE apprend, par voie de presse, qu’un projet de loi relatif au vote des Camerounais de l’étranger est en cours d’examen à l’Assemblée Nationale, un organe élu, il convient de le rappeler, dans des conditions anti-démocratiques.

Le CODE devrait à priori se réjouir d’une telle annonce, étant donné que ce droit de vote est l’une des revendications phares qu’il porte depuis sa création à Bruxelles en décembre 2003. Cette revendication fut d’ailleurs l’une des principales recommandations adoptées par toutes les organisations et personnalités participantes du « Forum International de la Diaspora Camerounaise » tenu à Paris les 14 & 15 mai 2005, et fut indissociablement liée à l’octroi de la double nationalité.

Le CODE relève cependant que ce projet de loi est présenté deux décennies après le retour du multipartisme au Cameroun, trois ans après une promesse du président du RDPC et à quelques semaines seulement d’une échéance électorale importante. Il survient en outre dans un contexte national et international marqué par :
-  Le débat sur l’illégalité de la candidature de Paul Biya à la prochaine présidentielle ;
-  L’exigence, par certains partenaires du Cameroun, d’une élection présidentielle transparente ;
-  Et surtout la revendication forte, par les forces politiques et sociales, d’une vraie Commission Electorale, en lieu et place d’ELECAM dont la fiabilité en tant qu’organisme neutre de contrôle du processus électoral est vivement contestée.

Le CODE note que le projet en débat, largement contestable dans ses dispositions, ne pourra de surcroit pas avoir une traduction matérielle d’ici à octobre 2011, compte tenu des délais. Le projet de loi ne concernant que les élections présidentielles et un éventuel referendum, ce droit de vote ne pourra donc pas être applicable avant un délai prévisible de sept ans.

Ce projet apparaît donc clairement comme une diversion de la part du régime sclérosé RDPC au pouvoir au Cameroun. A moins qu’il ne s’agisse d’un argumentaire en construction pour justifier, le cas échéant, un report du scrutin dont la date est comme toujours confisquée par M. Biya.

Le CODE dénonce et condamne vivement ces manœuvres de distraction massive visant à tromper la nécessaire vigilance du peuple camerounais en ces temps préélectoraux.

Le CODE rappelle que le problème politique majeur au Cameroun est celui des institutions électorales partisanes et corrompues qui détournent systématiquement le vote des citoyens au profit de Paul Biya, du RDPC et leurs affidés. L’urgence démocratique dans notre pays est donc de mettre sur pied un organisme neutre de contrôle des processus électoraux. En effet, le droit de vote des Camerounais de la diaspora, n’a de sens que si ce vote, comme celui des Camerounais de l’intérieur, est valablement comptabilisé et son résultat respecté. Ce qui n’est pas garantit avec ELECAM. 

Bien que le CODE exige toujours et revendique comme naturels et inaliénables le droit de vote et la double nationalité pour les Camerounais de la diaspora, il relève que le projet en débat vise à détourner la mobilisation contre la candidature de Paul Biya et pour la mise sur pied d’une Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) en lieu et place du machin du RDPC nommé ELECAM. Le projet de loi sur le droit de vote de la Diaspora, discuté à la va-vite et non couplé à la double nationalité, galvaude totalement la revendication du CODE.

En conséquence, le CODE appelle les Camerounais de la Diaspora à faire preuve de vigilance et à ne pas tomber dans le piège de la division qui leur est tendu par le régime avec l’annonce tonitruante d’un tel projet de loi, étant prévisible qu’il n’aura aucune incidence positive sur la prochaine échéance électorale.

Le CODE réitère aussi son appel à tous les Camerounais à exiger plus que jamais, de toutes leurs forces, la non candidature de Paul Biya à toute élection à venir au Cameroun ainsi que la mise sur pied d’une véritable Commission Electorale Nationale Indépendante.

Vive le peuple camerounais, Vive le Cameroun !

Le Secrétaire Exécutif du CODE Moïse ESSOH

Les organisations membres du CODE :

Pour le Conseil National de la Résistance/Mouvement Um-Nyobiste (CNR-MUN), Guillaume TENE SOP

Pour le Cercle Félix Moumié (CFM), Patrice NDJOUMI

Pour l’Union des Populations du Cameroun, René EMEH ELONG

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes