dimanche, 22 avril 2018
 

Centrafrique : La France doit se désengager sur le plan militaire et agir pour une réponse multilatérale

« J’ai demandé à la France d’intervenir pour sauver les institutions ». Cette phrase d’une brûlante actualité a été prononcée il y a 17 ans, le 20 mai 1996 par Ange Félix Patassé, dictateur de Centrafrique, prédécesseur de l’actuel despote Michel Djotodia. Depuis « l’indépendance » du pays, les relations entre Paris et Bangui n’ont été qu’une succession de coups tordus, parmi les plus rocambolesques et dramatiques de la Françafrique.

Du couronnement délirant de Bokassa, autoproclamé empereur, en passant par les diamants offerts à Giscard. Les uns après les autres, les dictateurs ont été choisis et maintenus par Paris pour le plus grand malheur du peuple. Lorsque le 24 mars dernier, la Seleka, coalition rebelle mêlant grand banditisme et absence de projet politique, a pris la capitale, Bangui, personne n’a trouvé à redire.

Surtout pas la France qui ne s’est pas inquiétée de voir un régime défait et remplacé avec le soutien d’un ami de la Françafrique, le dictateur tchadien Idriss Déby.

Mais depuis, l’effondrement s’est accéléré à tel point que la situation menace de dégénérer en affrontements interconfessionnels. La crise risque de s’étendre à toute la sous-région et d’en faire un terrain favorable au terrorisme. Quand le chaos se généralise, il devient gênant : c’est ce moment que choisissent les grandes puissances pour intervenir.

Une chose est sûre : il n’y a pas à tergiverser. Il faut agir pour protéger les populations, premières victimes des violences. La France vient de soumettre au Conseil de sécurité un projet de résolution qui autorise la force panafricaine présente en Centrafrique (Misca) à se déployer pour une période initiale de 6 mois. A quelques jours du Sommet de l’Élysée sur la paix et la sécurité en Afrique, le ministère de la défense annonce la présence d’un millier de militaires français. Paris est à la manœuvre pour perpétuer et renforcer sa présence.

La vraie question qui se pose est celle du court terme. Pour faire quoi ? Pour recommencer un cycle de domination-effondrement ? La France a une responsabilité écrasante dans cette tragédie. Elle est disqualifiée et a perdu toute légitimité. Elle a une dette considérable envers le peuple de Centrafrique. Elle doit plaider pour une solution politique en faveur de la reconstruction du pays et de sa souveraineté, et agir pour un mandat d’une force d’interposition de l’ONU qui s’inscrive dans cette perspective. Pour être cohérente et entendue, la France doit se désengager sur le plan militaire, rompre avec la politique de domination contenue dans le Livre blanc 2013 de la défense.

Elle doit mettre fin au détachement Boali chargé actuellement d’assurer la sécurité de l’aéroport, des ressortissants étrangers, dont les français, et des « lieux à haute valeur ajoutée » pour reprendre l’expression du ministère de la défense, c’est-à-dire le site d’extraction d’uranium d’Areva. Cette responsabilité doit être assurée dans le cadre du mandat des Nations Unies.

La France devra agir pour mettre un terme aux dominations extérieures, favoriser une réponse multilatérale sous l’égide des Nations unies et de l’Union africaine et engager une logique sans précédent de coopération et de co-développement. Voilà où doit se situer le terrain de l’offensive, il en va de l’avenir de la Centrafrique.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes