lundi, 23 octobre 2017
 

RDC : A Fungurume des creuseurs artisanaux manifestent contre TFM

En effet, des centaines des creuseurs artisanaux ont manifesté contre l’entreprise minière Tenke Fungurume Mining (TFM) qu’ils accusent de les empêcher d’exploiter ses collines pour leur survie.

Le calme est revenu ce lundi 9 août après midi dans la cité de Fungurume à la faveur d’un renfort policier, après une matinée assez mouvementée.

En effet, des centaines des creuseurs artisanaux ont manifesté contre l’entreprise minière Tenke Fungurume Mining (TFM) qu’ils accusent de les empêcher d’exploiter ses collines pour leur survie.

Des policiers en provenance de Kolwezi ont tiré des coups de feu en l’air. Bilan : quelques blessés et des dégâts matériels importants.

D’après les creuseurs artisanaux, les responsables de TFM ont dépêché dimanche soir des agents de sécurité pour les déguerpir de la colline qu’ils exploitent.

Ces agents ont procédé à une quinzaine d’arrestations et saisi trois camions chargés des minerais des creuseurs artisanaux. Pour TFM, les creuseurs exploitent illégalement cette colline qui fait partie de son patrimoine.

Ce lundi matin les creuseurs se sont révoltés et ont marché jusque devant les installations de TFM. Ils ont exigé à TFM d’autoriser l’exploitation d’au moins une colline car il y va de la survie de ces creuseurs.

Des témoins sur place affirment que deux camions contenant des cathodes de cuivre ont été complètement pillés et trois autres camions vides incendiés.

La police de Fungurume n’a pu maîtriser la situation malgré les coups de feu tirés en l’air. Un détachement de la police nationale en provenance de Kolwezi est intervenu à Fungurume.

Une délégation des autorités politico militaires de Kolwezi dont le ministre provincial de l’Intérieur s’y est aussi rendue. Aucune réaction n’est enregistrée pour l’instant de la part de TFM.

Selon une opinion au Katanga, TFM se trouve être à la base de beaucoup d’abus dans cette province. C’est encore elle qui, à un moment donné, nourrissait certains des ses employés avec des aliments avariés. La révélation a été celle d’un ancien agent de sa sous-traitante Indépendant site service (ISS).

ISS est la société qui assurait l’hôtellerie et la restauration dans les sites de TFM. Et Célestin Ntawigenga était l’agent de sécurité, hygiène du travail, santé et environnement dans cette sous-traitante.

Célestin, la trentaine, médecin, travaillait à ISS depuis le 10 janvier. Il a effectué, le 17 mars, sa première inspection dans les chambres froides où sont stockés les vivres. Il y a trouvé certains articles périmés depuis plus de 2 mois.

Une viande hachée associée aux soupes de midi n’a expirée que de 3 semaines au jour de sa visite. Selon ce dernier, on pouvaitt estimer à 10 tonnes, la quantité trouvée qui était déjà périmée depuis plusieurs mois ; mais qui, par moment, était consommée. »

RadioOkapi.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes