mercredi, 23 janvier 2019
 

RDC : Déclaration de la Synergie 50 relative au crime commis sur la personne de Monsieur Floribert Chebeya Bahizire

La Synergie 50, un regroupement d’organisations membres de la Société Civile Congolaise créé aux fins de contribuer à l’analyse de la situation de la République Démocratique du Congo 50 ans après son indépendance et à la réflexion prospective pour les 50 ans à venir, a appris avec une très grande consternation le crime commis sur la personne de Monsieur Floribert CHEBEYA BAHIZIRE et la disparition de son chauffeur Fidèle BAZAMA EDADI. Le Secrétariat ainsi que tous les membres de la Synergie 50 se joignent à l’ensemble du mouvement associatif congolais pour condamner avec la dernière énergie ces actes ignobles qui mettent en mal le processus de l’instauration d’un Etat de droit et de la démocratisation de ce pays qui a longtemps souffert d’affres des dictatures et des guerres.

Le crime commis sur la personne de Monsieur Floribert CHEBEYA BAHIZIRE, acteur infatigable de la société civile et défenseur des droits de l’Homme reconnu pour sa lutte remarquable en faveur de la justice et des droits de l’Homme vient jeter le discrédit sur la société congolaise dans son ensemble, au moment où tout le peuple congolais s’apprête à fêter les cinquante ans d’indépendance de notre pays. Il s’inscrit dans une démarche qui instaure un climat d’insécurité croissante et d’intimidations répétées à l’encontre des militants de la Société Civile en général et des défenseurs des droits de l’Homme, des journalistes et des syndicalistes en particulier sous l’indifférence coupable des autorités congolaises.

Or, aucun acteur averti et sérieux ne peut négliger le rôle joué par la Société Civile congolaise durant les 50 dernières années aussi bien pour l’instauration de la démocratie dans le pays que pour l’amélioration des conditions existentielles de la population congolaise. Le crime commis sur la personne de CHEBEYA envoie un signal catastrophique pour l’avenir, car aucune démocratie efficace ne peut advenir sans une société civile dynamique.

Tout en saluant la solidarité manifestée par la communauté internationale et les Organisations sœurs de plusieurs pays et en demeurant solidaires avec l’ensemble des Organisations de la société civile congolaise engagées pour le rétablissement de la vérité, La SYNERGIE 50 en appelle :

Au Gouvernement de la RDC,

d’amorcer urgemment une enquête sérieuse, indépendante et impartiale incluant la société civile afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances de cet acte ignoble et odieux et d’en dégager les responsabilités à quelque niveau que ce soit ; de présenter le plus rapidement possible M. BAZANA EDADI, son chauffeur à sa famille et à l’opinion publique ; de sanctionner selon la rigueur de la loi, les auteurs de ce forfait.

La Synergie 50 rappelle aussi au Gouvernement congolais son obligation de :

sécuriser les citoyens congolais en général et les Défenseurs des Droits de l’Homme en particulier ; mettre un terme à toute forme de harcèlement à l’encontre des Défenseurs des droits de l’Homme en RDC, et à se conformer aux dispositions de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en date du 9 décembre 1998, ainsi qu’aux dispositions de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et autres Instruments régionaux et internationaux relatifs aux Droits de l’Homme ratifiés par la RDC.

A la MONUC,

de s’impliquer activement dans l’enquête visant le rétablissement de la vérité autour du crime commis sur la personne de Monsieur Floribert CHEBEYA et de la disparition de son chauffeur Monsieur Fidèle BAZANA EDADI ; de contribuer à la protection effective de la population en général et des Défenseurs des droits de l’Homme en particulier.

A la Communauté internationale,

De faire le suivi de l’enquête jusqu’à l’éclatement de la vérité sur cet acte odieux ; De retenir que le fragile processus de démocratisation et d’instauration d’un Etat de droit en RDC est encore à consolider par le soutien de l’ensemble d’acteurs congolais.

A la Société Civile congolaise,

De mener un plaidoyer à tous les niveaux pour qu’une enquête indépendante et impartiale incluant la participation de la société civile soit menée ; De mener un plaidoyer pour la réforme profonde du secteur de sécurité en RDC ; Plus que jamais, de se serrer les coudes pour lutter davantage en vue de l’avènement d’un Etat de droit en RDC ; De saisir l’opportunité qu’offre le Cinquantenaire pour une analyse approfondie de la situation des droits de l’Homme en RDC.

Fait à Kinshasa, le 15 juin 2010

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes