lundi, 20 novembre 2017
 

RDC : MANIFESTE DU CITOYEN CONGOLAIS

english version below

_NOUS, CITOYENS CONGOLAIS, REPRÉSENTANTS DES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, DES MOUVEMENTS CITOYENS ET PERSONNALITÉS INDÉPENDANTES ÉPRIS DE PAIX :_

· Réunis du 15 au 17 août 2017 à Paris, France, et faisant suite à la déclaration _« LE PAYS VA TRÈS MAL. DEBOUT, CONGOLAIS ! DÉCEMBRE 2017 APPROCHE »_, du 23 juin 2017, de nos Evêques, qui nous interpelle au sursaut patriotique ;

· Constatant la faillite généralisée de l’Etat et la grave détérioration des conditions de vie de notre peuple, résultant de la mauvaise gouvernance d’un groupe d’individus, ayant volontairement refusé d’organiser les élections ;

· Rappelant que sous l’égide de la CENCO, et afin d’éviter de plonger le pays dans un chaos certain, les forces politiques et sociales ont conclu, le 31 décembre 2016, un Accord politique Global et Inclusif ;

· Dès lors que le peuple exigeait l’alternance dans les délais constitutionnels, et malgré son refus de tout autre arrangement contraire à son droit légitime, l’Accord du 31 décembre 2016 a été toléré pour autant qu’un nouveau Président soit élu avant le 31 décembre 2017 ;

· En dépit du prolongement de mandat issu de l’arrangement politique, le Président sortant a foulé aux pieds cet Accord, défié le peuple congolais et renié le serment fait devant Dieu et la Nation de respecter la Constitution ;

· La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), instrumentalisée à son service, a surpris le peuple en affirmant publiquement son incapacité d’organiser les élections en 2017 contrairement à l’Accord et au cadre constitutionnel ;

· Ainsi, sont créées des zones d’insécurité et suscitées des tragédies meurtrières à travers le pays, notamment dans les provinces des Kivu, du Kongo central, des Kasaï, Ituri et Ville-province de Kinshasa dans le but de décréter indûment l’état d’urgence et retarder l’organisation des élections prévues par la Constitution ;

· Sous le régime en place, la terreur est devenue un mode de gouvernance qui empêche le peuple congolais de revendiquer ses droits ; les cours et tribunaux sont soumis et instrumentalisés ; les exécutions extra-judiciaires se multiplient ; les fosses communes se remplissent à travers le pays ; l’accès aux médias et aux réseaux sociaux est restreint ; et la nouvelle économie numérique est mise en danger ;

· Il s’en suit une répression systématique et violente de toute expression des libertés et droits fondamentaux à l’encontre des activistes des droits humains, des journalistes, des membres des mouvements citoyens, et des membres des partis politiques de l’opposition ;

· Il en résulte que monsieur Joseph Kabila s’impose à la tête de l’Etat par la violence des armes et la corruption financière dans le but d’asseoir durablement son régime de prédation, de paupérisation et de pillage des ressources du pays à son bénéfice personnel, celui de sa famille, de ses courtisans et de ses alliés étrangers tant en Afrique qu’à travers le monde.

_EN CONSÉQUENCE, NOUS, CITOYENS CONGOLAIS :_

Nous fondant sur le quatrième paragraphe du préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDH) qui dispose que  : _« Il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression »._

i. Déclarons que le Président Joseph Kabila, dont le dernier mandat constitutionnel a expiré le 19 décembre 2016, exerce le pouvoir en violation manifeste de la Constitution de la République Démocratique du Congo, et est passible de l’infraction de haute trahison conformément à son article 165 alinéa premier ;

ii. Appelons le peuple congolais à user de son devoir sacré de faire échec, avec des moyens pacifiques et non-violents, à la tentative du Président Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir au-delà du 31 décembre 2017 en application de l’article 64 de la Constitution ;

iii. Exigeons le départ de Monsieur Joseph KABILA KABANGE et une transition citoyenne dont les animateurs seront désignés à la suite d’une concertation nationale ayant mission principale d’organiser des élections crédibles, transparentes, ouvertes et libres et qui n’en seront pas candidats ;

iv. Cette transition sera propice à doter la RD Congo, notre pays, d’un nouveau système de gouvernance, basé sur une justice indépendante, des services de sécurité protégeant les citoyens, assurant l’exercice effectif des libertés constitutionnelles, garantissant une gestion transparente et équitable de toutes les ressources nationales, des institutions fortes et démocratiques mettant les intérêts des citoyens Congolais au centre de tout projet politique  ;

v. Exigeons la libération immédiate et sans condition des prisonniers politiques et d’opinion ainsi que la réouverture des médias fermées ;

vi. Interpellons nos compatriotes de la police, de l’armée et des services de sécurité à respecter leurs missions républicaines de protection des citoyens et de la nation, au lieu de servir d’instrument de répression ;

vii. Appelons tous les Congolais, confessions religieuses, étudiants, jeunes, femmes, mouvements citoyens, syndicalistes, médecins, enseignants, professeurs, fonctionnaires, artistes, partis politiques ainsi que les congolais de la diaspora à adhérer massivement au présent Manifeste ;

viii. Engageons toute Congolaise, tout Congolais à prendre part active à la grande campagne d’actions pacifiques et non violentes devant mener au retour de l’ordre démocratique constitutionnel ;

ix. Appelons la Communauté Internationale à accompagner le peuple congolais dans sa quête légitime de la liberté et de la démocratie.

DÉBOUT CONGOLAIS, LEVONS-NOUS ET MARCHONS, ESILI !

Fait à Paris, le 18 août 2017

Pour adhérer au Manifeste, veuillez visiter le lien suivant : www.manifesterdc.com

LES SIGNATAIRES :

NOM

ORGANISATION

1.

Prof. André MBATA

IDGPA

2.

Celestin EKOTO

IDGPA

3.

Paul NSAPU

Ligue des Electeurs (LE)

4.

Léonie KANDOLO

Protection des enfants du SIDA

5.

Gérard BISAMBU

AETA

6.

Me. Georges KAPIAMBA

ACAJ

7.

Me. Jean Claude KATENDE

ASADHO

8.

Hubert TSHISWAKA

IRDH

9.

Gloria Senga

LUCHA/ CASC

10.

Marcel Héritier KAPITENE

LUCHA/ CASC

11.

Jean Jacques LUMUMBA

Lanceur d’alerte

12.

Edouard DIYI TSHITENGE

Journaliste en danger (JED)

13.

Eliezer NTAMBWE

Journaliste – TOKOMI WAPI

14.

Daniel NSAFU

Journaliste

15.

Mike MUKEBAYI

Journaliste – C-NEWS

16.

Christelle VUANGA

Journaliste

17.

Amba WETSHI

Journaliste diaspora-Congoindépendant

18.

Fita Fita DIBWE

Journaliste diaspora-Cheikfitanews.net

19.

Lupanza MANGU

Diaspora

20.

Jean Jacques Wondo

Diaspora - Analyste - Desk Wondo

21.

Balufu BAKUPA-KANYINDA

Diaspora – Réalisateur/Scénariste

22.

Fabrice NGALIEMA

Diaspora

23.

Floribert ANZULUNI

FILIMBI

24.

Carbone Beni

FILIMBI

25.

Robert NJANGALA

FILIMBI

26.

Naguy GODHY

FILIMBI

27.

Véronique BONKONO

Conseil de l’Apostolat des Laics Catholiques du Congo (CALCC)

28.

Sindika DOKOLO

Les Congolais Debout

29.

Cédric MALA

Les Congolais Debout

30.

Hervé DIAKESSE

Les Congolais Debout

31.

Abbé Joseph LUKELO

32.

Denis KADIMA

Modérateur

MANIFESTO OF THE CONGOLESE CITIZEN

_WE, CITIZENS OF THE DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO, REPRESENTATIVES OF CIVIL SOCIETY ORGANIZATIONS, CITIZENS’ MOVEMENTS, AND INDEPENDENT PERSONALITIES, DECLARE AS FOLLOWS:_

· After meeting from August 15 to 17, 2017, in Paris, France, in response to our Bishops’ June 23, 2017, proclamation entitled, “_THE COUNTRY IS IN A DEEP CRISIS – STAND UP, CITIZENS OF CONGO ! DECEMBER 2017 IS APPROACHING !”, _which urged us to do our patriotic duty ;

· Recognizing the pervasive failures of the State and the serious deterioration of the living conditions of our people, resulting from bad governance by a group of individuals who have deliberately refused to organize elections ;

· Recalling that under the auspices of CENCO (Congo’s conference of Catholic bishops), and in order to prevent total chaos in our country, political and civil society leaders signed a Global and Inclusive Political Agreement on December 31, 2016 ;

· The Congolese people had demanded a change in leadership by the constitutional deadlines and rejected any arrangement in violation of their legitimate rights ; nevertheless, they tolerated the Agreement of December 31, 2016, provided that a new president be elected before December 31, 2017 ;

· Even though his mandate has already been extended under this political compromise, Joseph Kabila, the outgoing President, has trampled upon the Agreement, defied the Congolese people and broken his oath before God and the Nation to respect the Constitution ;

· The CENI (National Independent Electoral Commission) has become a tool to further his interests and surprised the population by stating publicly, in violation of the Constitution and the December 31, 2016 agreement, that it will be unable to organize elections in 2017 ;

· This has led to the creation of zones of insecurity and deadly tragedies across the country, particularly in the Kivus, Ituri, Kongo Central, and the Kasais, as part of a clear objective to proclaim an undue state of emergency and postpone the organization of elections in accordance with the Constitution ;

· Under the existing regime, terror has once again become the preferred method of government, making it impossible for the Congolese people to claim their rights. The courts have become obedient instruments of the regime ; extrajudicial killings have multiplied ; mass graves are filling up across the country ; access to the media and social networks is restricted ; and the new digital economy is imperiled ;

· We have seen the systematic and violent repression of all expression of the fundamental rights and freedoms of human rights activists, journalists, members of citizens movements, and members of political opposition parties ;

· The result is that Mr. Kabila has used force and financial corruption to maintain his position as head of state and entrench his regime of depredation, pauperization, and the pillaging of the country’s resources for the benefit of himself, his family, his sycophants, and his foreign allies in Africa and beyond.

_THEREFORE, WE, CITIZENS OF CONGO:__ _

Based upon the fourth paragraph of the Preamble to the Universal Declaration of Human Rights (UDHR), which states that : _“Whereas it is essential, if man is not to be compelled to have recourse, as a last resort, to rebellion against tyranny and oppression, that human rights should be protected by the rule of law_” :

i. Declare that President Joseph Kabila, whose final mandate ended on December 19, 2016, exercises power in manifest breach of the Constitution of the Democratic Republic of the Congo, and is liable to the offense of high treason in accordance with Article 165, paragraph 1 ;

ii. Call upon the Congolese people to perform their sacred duty, using peaceful and non-violent means, to thwart President Joseph Kabila’s attempt to remain in power after December 31, 2017, in application of Article 64 of the constitution ;

iii. Demand the resignation of Mr. Joseph Kabila Kabange and a citizens’ transition with the primary objective to organize credible, transparent, open, and free elections, whose leaders will be appointed after national consultations, and who will not be candidates ;

iv. This transition must help provide the Democratic Republic of the Congo, our country, with a new system of governance built on an independent judiciary, security services who are there to protect our citizens, free expression of our constitutional freedoms, transparent and fair management of all national resources, and strong and democratic institutions that put the interests of the Congolese citizen at the heart of every political initiative ;

v. Demand the immediate and unconditional release of political prisoners and prisoners of conscience and the opening of media outlets ;

vi. Call upon our compatriots from the police, the army, and the security services to respect their republican duty to protect our citizens and the nation instead of allowing themselves to be used as instruments of repression ;

vii. Call upon all citizens of the Congo, all religious denominations, students, young people, women, citizens movements, unions, doctors, teachers, professors, civil servants, artists, all political parties, and Congolese in the diaspora to adhere massively to this Manifesto ;

viii. Urge all citizens of Congo, men and women alike, to participate actively in the campaign of peaceful and non-violent actions to bring about a return to constitutional, democratic order ;

ix. Call on the international community to accompany the Congolese people in their legitimate quest for democracy and liberty.

CITIZENS OF CONGO, LET US STAND UP AND MARCH FORWARD !

Paris, August 18, 2017

_To adhere to the manifest, please visit : _www.manifesterdc.com [1] _ _

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes