vendredi, 20 septembre 2019
 

RDC : Sur le nouveau gouvernement

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV) a suivi avec un intérêt particulier la publication du Gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba, ce lundi 26 aout 2019 et en prend acte.

En effet, dénoncée au départ pour sa taille éléphantesque avec ses soixante-cinq (65) membres, la nouvelle équipe gouvernementale publiée en compte soixante–six (66) dont soixante-seize pourcents (76%) de nouvelles figures n’ayant jamais fait partie de différents gouvernements qui se sont succédés en RDCongo.

Il convient de noter par ailleurs, la présence remarquable des femmes au sein de ce nouveau Gouvernement, soit dix-sept pourcents (17%) et d’un ministère s’occupant des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables.

La VSV salue le début de renouvellement de la classe politique et le fait que les femmes, bien que moins représentées que les hommes au sein de ce gouvernement, aient été nommées à des postes importants dont entre autres celui des affaires étrangères.

Tout en réitérant son indignation sur la publication d’un gouvernement éléphantesque qui, éventuellement saignera le trésor public au détriment du peuple congolais, la VSV souhaite que le gouvernement privilégie au plus haut point le bien être de la population rdcongolaise en rompant avec les vieilles pratiques comme la corruption, le détournement des deniers publics, le clientélisme, le népotisme… qui ont contribué à la mauvaise gouvernance et à la descente du pays aux enfers.

La VSV espère que la réduction du train de vie des animateurs des Institutions sera une réalité effective en vue d’améliorer tant soit peu les conditions socio-professionnelles des agents et fonctionnaires de l’Etat, des militaires, policiers, médecins, magistrats, enseignants…dont les salaires modiques ou mieux de misère ne leur permet pas de vivre décemment.

Eu égard à ce qui précède, la VSV invite les autorités congolaises en général et le Président de la République en particulier à :

Veiller à la répartition équitable du revenu national en mettant, cette fois-ci un terme aux inégalités criantes au sein de diverses couches socio-professionnelles pour mieux privilégier le bien être de la population congolaise ;

Sanctionner sévèrement les membres du gouvernement qui iraient à l’encontre de l’intérêt de la population en se livrant à la course à l’enrichissement illicite ;

Réduire effectivement le train de vie des membres du Gouvernement et d’autres institutions de l’Etat.

Fait à Kinshasa, le 27 août 2019.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes