jeudi, 23 novembre 2017
 

Appel à l’union de tous les démocrates et républicains gabonais pour la transparence électorale

COALITION DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE POUR LA DEMOCRATIE ET LA TRANSPARENCE ELECTORALE

Les élections législatives à venir sont capitales pour notre pays le Gabon. Soit elles poseront les bases d’une véritable démocratie par la mise en place des bonnes pratiques de gouvernance politique, soit elles ne seront que la suite logique de la présidentielle contestée de 2009 dans la dénégation de la volonté exprimée du peuple. Dans le cas où c’est la deuxième hypothèse qui se réaliserait, l’avenir du Gabon s’annonce funeste. Le Gabon va demeurer dans l’immobilisme dans lequel il se trouve depuis plus d’une vingtaine d’années, à cause précisément du défaut de sincérité des différents scrutins qui ont caractérisé sa vie politique. Comme d’habitude, le pouvoir PDG va user de la répression pour mater toute velléité de révolte du peuple, s’il ose réclamer le respect de sa volonté. La répression étant le seul mode d’expression que connait le pouvoir PDG principalement dans les villes de Port-Gentil et de Libreville. Sans oublier Oyem qui avait été envahi par les forces de l’ordre et sécurité après les dernières présidentielles, afin de surveiller les faits et gestes de la population. Oyem avait alors les allures d’une ville en état de siège. Il est important de rappeler que le scrutin de 2009 a provoqué une déchirure profonde entre les citoyens et le pouvoir exécutif. Un sentiment général de désenchantement habite désormais la conscience collective. Avec les présidentielles de 2009 telles qu’elles se sont déroulées, le Gabon est malheureusement passé à coté de l’opportunité d’instaurer une ère démocratique. Les tenants du pouvoir PDG ont préféré la perpétuation de la problématique de légitimité du pouvoir, tant qu’ils le conservent frauduleusement pour le maintien de leurs privilèges. Dans le but d’éviter tout risque d’une élection tronquée de plus, la société civile a proposé 13 recommandations indispensables qui résultent de l’analyse minutieuse du système politique mis en place depuis 45 ans de règne sans discontinuer et sans partage du pouvoir PDG. Ca suffit comme ça est persuadé de la nécessité de la reforme des institutions qui seule peut garantir la transparence du processus électoral et mettre fin aux violences postélectorales qui sont la conséquence logique de la fraude électorale. Pour Ca suffit comme ça, la transparence électorale est indispensable pour asseoir la démocratie et doit s’imposer à toutes les élections politiques et à tous les acteurs politiques sans la moindre réserve. La révision de la loi électorale à laquelle vient de procéder le Chef de l’Exécutif par ordonnance du… et qui exclut la BIOMETRIE pour les élections législatives de 2011, est tout simplement inacceptable. Par conséquent Ca suffit comme ça la rejette avec la dernière énergie. D’ores et déjà, Ca suffit comme ça dénonce les conditions de fraude massive mises en place par le pouvoir PDG et qui sont actuellement visibles sur le terrain. Ca suffit comme ça attire, vivement, l’attention de toutes les bonnes volontés sur le risque que prend le pouvoir PDG en agissant comme il le fait en ce moment. Il parait évident que l’objectif du pouvoir PDG est de mener le Gabon dans une crise politique encore plus profonde que celle dans laquelle nous vivons actuellement. Ne pensant qu’à leurs intérêts, les tenants du pouvoir PDG créent un désordre expressément administratif dans le processus électoral qui entrainera des conséquences incalculables pour le pays, en termes de paix et de stabilité. C’est pourquoi Ca suffit comme ça appelle à une large mobilisation pour la transparence électorale de toutes forces démocratiques et républicaines gabonaises, où qu’elles se trouvent, contre la propension de la secte au pouvoir et de son bras séculier le PDG, à confisquer systématiquement le pouvoir et à méconnaitre l’expression de la volonté du peuple gabonais. Les tenants du pouvoir PDG sont des génocidaires de la démocratie au Gabon. Ils s’accrochent au pouvoir par des moyens illégaux depuis des décennies. Par cette attitude, ils lancent un véritable défi au peuple gabonais qui n’en peut plus de leurs agissements et pratiques frauduleuses. Pour sceller une véritable alliance des forces démocratiques et républicaines contre le système PDG, Ca suffit comme ça demande à tous les partis politiques, à toutes les organisations de la société civile, à tous les gabonais résidant au Gabon ainsi que ceux de la diaspora, à toutes les personnes qui rêvent d’un Gabon républicain et démocratique à se joindre à cette union sacrée, pour le salut du Gabon. Ca suffit comme ça demande pour l’intérêt supérieur de cette union sacrée, la fin des guerres pour le leadership, des querelles intestines, des accusations inutiles, des rancunes et des rancœurs stériles pour vaincre le système criminel du PDG.

Fait à Libreville, le 30 aout 2011

Pour la société civile :

BRAINFOREST, SAEG, CONASYSED, SNEEPS, USDS, USAP, SYGEF, AFRIQUE HORIZONS, ROLBG, PUBLIEZ CE QUE VOUS PAYEZ, OND, SENA, FESEENA,

Contacts presse :

Marc ONA ESSANGUI : Brainforest/Publiez ce que vous Payez : 07 29 41 40 Georges MPAGA : ROLBG : 07 51 99 32 Alain MOUAGOUADI : CONASYSED : 07 39 45 85 Dieudonné MINLAMA : OND : 07 94 87 19 MOUPOPA : Afrique Horizons : 07 75 15 03 Maître Paulette OYANE-ONDO , Avocate : 06267312

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes