mardi, 25 septembre 2018
 

Gabon : Défilé françafricain aux obsèques d’Omar Bongo

Communique du NPA

Mardi 16 juin, deux présidents français se sont rendus aux obsèques d’Omar Bongo, le chef de l’Etat gabonais décédé à l’âge de 73 ans, après 42 ans passés au pouvoir. Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac ont assisté aux funérailles d’un dictateur qui a régné quasiment sans partage sur son pays. Très peu peuplé mais riche en pétrole, en uranium, en manganèse et en fer, le Gabon aurait pu offrir des conditions de vie confortables à toute sa population. Au lieu de quoi le pays se classe parmi les moins développés au monde. Les infrastructures, le système d’éducation, de santé se trouvent en piteux état. A tel point que les plus riches, comme a dû le faire le président Bongo lui-même, sont obligés d’aller se faire soigner à l’étranger. La rente pétrolière n’aura servi qu’à enrichir des intérêts privés, dans l’oligarchie gabonaise, mais aussi et surtout en France. De la multinationale Total (anciennement Elf) au groupe Bolloré, en passant par les caisses de la plupart des grands partis politiques français, tout l’affreux petit monde de la Françafrique a « mangé » et profité allègrement de cette manne. Omar Bongo aura ainsi financé, entre autres, les campagnes électorales de Jacques Chirac, en 1981 et en 1995. Et c’est à lui, en premier, que Nicolas Sarkozy aura téléphoné au soir de son élection en 2007. Malgré la mort d’un de ses plus anciens piliers, le système néocolonial et mafieux de la Françafrique va poursuivre son oeuvre funeste. Le NPA continuera quant à lui à combattre ce système inique et à soutenir les peuples en lutte pour leur complète libération.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes