jeudi, 23 novembre 2017
 

Gabon : Les grévistes de la SEEG menacent de corser le mouvement

Libreville : Le personnel de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) qui a entamé lundi un mouvement d’humeur pour exiger plus d’avantages pécuniaires et le retrait du nouveau logiciel de gestion de la clientèle menace de durcir le mouvement si la Direction s’amuse à ne pas apporter des réponses concrètes et immédiates à leurs revendications aussi vielles que la durée de la concession (19 ans).

L’entrée principale de la base technique enchaînée puis cadenassée « C’est le moment de résoudre les problèmes du personnel », a urgé un agent rencontré devant le piqué de grève installé à la base technique de la SEEG au centre ville.

« Si la direction générale ne le fait pas maintenant, nous allons passer à la vitesse supérieure pour nous faire entendre jusqu’au bord de mer », a-t-il ajouté faisant allusion au chef de l’Etat dont les bureaux sont situés sur le boulevard du front de mer.

Selon un autre employé, les grévistes craignent que la concession actuelle qui prend fin dans quelques mois s’achève sans que leur situation salariale ne soit améliorée.

« Nous savons que la Direction générale adressera une lettre à l’Etat gabonais dans environ 5 mois pour solliciter la reconduction de la concession. Si l’Etat accepte, nous risquerons de repartir sur les mêmes bases actuelles. C’est pourquoi nous voulons que nos problèmes soient réglés maintenant », a poursuivi l’agent.

Le mouvement est mené par un collectif des délégués du personnel ayant désavoué leur syndicat jugé trop conciliant ou de connivence avec la Direction générale de l’entreprise.

La direction générale a ouvert des négociations pour comprendre la nature des revendications et tenter d’y apporter des solutions. En gros, les grévistes exigent l’augmentation des primes de logement et de transport. Ils ne veulent pas du nouveau logiciel de gestion de la clientèle. La grève n’a pas paralysée le fonctionnement des autres agences en dehors de celle de la Peyrie.

Ancienne entreprise d’Etat, la SEEG a été privatisée et rachetée par le groupe Français Vivendi devenu Veolia. La concession qui date de 1997 prend fin en 2017. D’où l’agitation actuelle.

Source : Gabonactu.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes