samedi, 16 décembre 2017
 

Gabon : plainte déposée contre Mike Jocktane

COMMUNIQUE DE PRESSE

Nous avons appris par voie de presse que l’Etat gabonais a pris l’initiative de porter plainte à un citoyen gabonais, Mike Jocktane, pour « outrage à la République », suite à sa déclaration dans « Le Scandale Des biens mal acquis » de deux journalistes français Xavier Harel et Thomas Hofnung, paru le 24 novembre dernier aux éditions « La découverte ».

Selon l’avocat du Gouvernement, Me Nkéa, les déclarations de notre compatriote « portent inéluctablement atteinte aux interêts vitaux de l’Etat et de la Nation ». Ainsi, les intérêts vitaux de l’Etat Gabonais et de la Nation seraient menacés par des déclaration d’un fils du pays, témoin d’abus de biens sociaux et non par les acteurs de ces actes. Une telle distraction – de mauvais goût – n’a pour but que la validation silencieuse de la mascarade électorale en cours. Détrompez-vous !

Si ce n’est le cas, comment comprendre et interpréter la rage des autorités du pays et l’élite du PDG sur Mike Jocktane au point de mobiliser tous les médias d’Etat une semaine durant dans le seul but de le dénigrer ? Vos motivations auraient été d’avantage objectives si les déclarations de M. Bourgi avaient été sanctionnées par les mêmes actions. Mieux, la presse occidentale, depuis des années est inondée de déclarations similaires sans oublier les lourds dossiers sur les biens mal acquis, l’affaire Elf, les scandales de la BEAC, les financements de partis politiques et hommes politiques français etc. Tout cela était fort bien dénoncé du vivant d’Omar Bongo et les révélations de Mike Jocktane n’ont surpris aucun gabonais.

Toutefois, nous reconnaissons que la nouveauté de ces déclarations repose sur l’affirmation publique du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy. La présence de Pascaline Bongo, fille et Directeur de Cabinet de feu le President Bongo Ondimba, aux premières loges de l’UMP lors de son investiture et sa réaction soudaine alors qu’elle avait disparu de la scène publique depuis la mort de son père, les révélations de Valery Giscard d’Estaing (Express du 06/06/2009) et de Wikileaks (Express du 29/12/2010) et bien d’autres encore sont autant d’indices pouvant valider objectivement les propos de Mike Jocktane, s’il était encore nécessaire de le prouver. Ainsi, l’aspect Bongo n’étant pas nouveau, il se trouve alors que le gouvernement dit « du Gabon » s’acharne sur un citoyen gabonais pour avoir cité Sarkosy dans son implication aux détournements de nos biens sociaux. Ce qui confirme aisément la thèse selon laquelle le fauteuil présidentiel gabonais serait un cadeau de l’Elysée : l’Elysée serait donc le parapluie du palais du « bord de mer » !

Vous venez de détruire des logements de plus de 100 familles gabonaises, faisant ainsi des milliers de sans abris à Libreville, l’accès aux services sociaux de base, le niveau de vie des gabonais et le paysage politique sont dangereusement mis en mal par le gouvernement dit de l’Emergence. Après une telle destruction du bien être des populations et la confiscation des libertés fondamentales, vous voulez ajouter des abus supplémentaires à l’instar de l’arrestation d’un citoyen pour avoir osé déclaré sur le sol national ce qui se dit dans le monde entier, voulant ainsi imposer par la force – par le biais des institutions aux ordres – le silence sur les excès de la famille Bongo. Nous vous invitons, aujourd’hui à vous ressaisir car le peuple ne se laissera pas écraser éternellement.

Par cet énième communiqué, nous voulons une fois de plus interpeller l’opinion nationale et internationale sur les excès que ne cesse de multiplier le « Gouvernement d’Ali Bongo » et qui, à terme, vont conduire à une explosion sociale. Ne risquez donc pas de toucher à un citoyen de plus et cessez de vous servir du nom de l’Etat pour vous maintenir en guerre contre le peuple souverain.

Fait à Libreville, le 4 décembre 2011

Pour la Société civile

- Marc ONA ESSANGUI : Tel : +241 07 29 41 40 – E-mail : ona_essangui@yahoo.com
- Paulette OYANE ONDO : +241 07071648 – E-mail : cabinet_oyaneondo@yahoo.fr
- Georges MPAGA : +241 07 51 99 32 – E-mail : gmpaga@yahoo.fr
- Dieudonné Minlama : +241 07 94 87 19 – E-mail : minlamadd@yahoo.fr
- Alain MOUPOPA : +241 07751503

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes