vendredi, 22 septembre 2017
 

Contexte et enjeux des élections présidentielles du 24 avril 2016 en Guinée Equatoriale

C’est dans un contexte de crise politique, économique et sociale, que débute vendredi 8 avril 2016 la campagne officielle des élections présidentielles organisées à la hâte par le Président Obiang, candidat à sa propre succession et à la tête du pays depuis 36 ans. En dépit des 6 candidats qui se sont déclarés, le Président Obiang, répète à nouveau une « élection présidentielle à candidat unique » comme en 1989 afin d’assurer une succession dictatoriale et dynastique.

Le régime de Obiang décide de faire un passage en force pour se légitimer au pouvoir, en anticipant, de manière illégale et inconstitutionnelle la date des élections face à la montée du mécontentement social due à la crise économique, en la faisant coïncider à la période où d’autres pouvoir similaires, comme le Congo, Gabon, Tchad et Djibouti organisent également leurs élections et en même temps prendre de cours l’opposition dans son organisation.

Ce passage en force dévoile le semblant démocratique que le régime affichait lors des précédentes élections. Avec le retrait du parti CPDS considéré jusqu’à présent comme le principal parti d’opposition légalisé et l’exclusion en dernier ressort du parti CI pourtant légalisé par le régime, six nouveaux candidats sans aucune représentativité populaire font leur apparition et sont présentés par le régime comme ses adversaires politiques, de simples figurants en somme pour organiser cette élection à candidat unique.

Malgré l’appel au boycott lancé par l’opposition dans son ensemble, le régime met en place tous les rouages habituels d’intimidation et de répression dont la présence des forces armées du Zimbabwe dans le pays, des mercenaires étrangers.

Le Parti CORED parvient à s’implanter à l’intérieur du pays en dépit des contraintes et des pressions du régime, sa représentativité couvre tout l’ensemble des régions et grâce au support de la jeunesse il fait connaitre les principaux axes de son programme.

Pour ces faits, le parti CORED

 Considère que ces élections font accroître le risque de déstabilisation de la Guinée Equatoriale dans la mesure où elles ne serviront pas à résoudre les problèmes socio-économiques face auxquels le pays se trouve confronté, de plus le peuple perçoit la volonté du Président Obiang de mettre en place une succession héréditaire par de nouvelles élections frauduleuses en démissionnant en faveur de son fils.

 Continuera à oeuvrer pour mettre fin à la dictature en canalisant le mécontentement populaire (principalement de la jeunesse) en une expression politique alternative.

 Sollicite toutes les instances de la Communauté Internationale à ne plus fermer les yeux face aux fréquents abus du Président Obiang, demande à ce que les mesures nécessaires soient prises pour ne pas prêter caution aux résultats de ces élections en se prononçant dès à présent sur l’illégalité de cette élection.

Paris, 7 Avril 2016

Raimundo Ela Nsang

Secrétaire General

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes