mardi, 18 décembre 2018
 

Guinée équatoriale en crise

Depuis de nombreuses années, le régime d’Obiang a adopté la stratégie de construction de grandes infrastructures pour l’organisation de grands événements comme vitrine du progrès du pays dû à l’immense richesse générée par l’exploitation des hydrocarbures. Comment explique-t-on qu’un petit pays de moins de 800.000 habitants accepte d’organiser deux fois le sommet de l’Union Africaine en 4 ans sur un continent de 54 États  ? Mais ce sommet s’organisera au milieu d’une dérive économique, politique et sociale accentuée qui peut conduire à une explosion sociale dans une région déjà secouée par la crise : Centrafrique, Nigeria et nord du Cameroun.

Crise économique et social : La Guinée Équatoriale est entrée en récession du fait d’ une diminution de la production pétrolière ; et le régime d’Obiang, avec un PIB par habitant qui était passé de 300 à 2400 dollars en 20 ans, le plus élevé d’Afrique, n’a même pas réussi à garantir une autosuffisance alimentaire ou la santé, un des sujets du sommet.

Un Crise de succession : Devant un Obiang de plus en plus affaibli par l’âge et son état de santé, la lutte intestine au sein de la famille présidentielle pour une succession dictatoriale est à très haut risque car les bandes en confrontation sont lourdement armées.

Crise politique : Malgré la situation urgente de rétablir la normalité politique, l’apparition de la CORED après la Conférence de presse du 28 janvier 2014, a montré que le régime n’était pas prêt à entamer une transition politique de son propre gré. Le régime se déploie avec toutes ses forces pour taire l’initiative de la CORED : déclarations virulentes et instrumentation de l’ opposition dite légitime, allant même jusqu’à la création d’une deuxième CORED à Madrid avec des membres infiltrés récemment expulsés de notre organisation.

A cet effet, les membres de la CORED viendront de nouveau de plusieurs pays d’Europe pour organiser une conférence de presse à Paris et aborder ces problématiques devant ses invités, donner son positionnement et recueillir leur point de vue. La conférence va se dérouler autour des thématiques que suivantes :

- Brève introduction de la situation en Guinée Equatoriale
- La dérive économique et ses conséquences sociales
- La crise de succession dictatoriale : les bandes en confrontation
- La vaste opération du régime contre la CORED : dynamique de l’opposition
- Le message de la CORED aux chefs d’Etats de l’UA et à la Communauté Internationale.

Cette conférence est prévue le 17 juin 2014 à l’IREMMO au 5/7 Rue Basses des Carmes -75005 Paris de 14h30 à 16h30.

Pour ce fait, la CORED invite la presse nationale et internationale, les organisations de la société civile française et le public à afin de venir participer à cette rencontre très importante.

Fait à Paris, le 05 juin 2014

Programme de la journée du 17 juin 2014

de 14h30 à 16h30 : Conférence de presse

Intervenants :

M. Raimundo Ela Nsang, secrétaire exécutif de la CORED (France)

M. Francisco Ela Abeme, Représentant de la CORED Espagne

M. Carlos Abaga Ayingono, Représentant de la CORED Allemagne ​ Mme Isabel Cachina Domingo, membre de la CORED (Espagne)

de 16h30 à 17h30 : Partage d’un verre avec les invités.

Raimundo ELA NSANG Secrétaire Éxecutif

CORED Guinée Équatoriale

Tél : +33 621 81 52 81

http://raimundoela.com/

http://coredge.org/

COALITION D’OPPOSITION POUR LA RESTAURATION D’UN ÉTAT DÉMOCRATIQUE S/C En FRANCE par MRD Guinée Équatoriale

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes