dimanche, 20 octobre 2019
 

Les poursuites judiciaires contre le journaliste tchadien Makaila Nguebla doivent cesser !

Déclaration du Parti de Gauche

Les poursuites judiciaires contre le journaliste tchadien Makaila Nguebla doivent cesser !

Nous nous inquiétons des obstacles judiciaires rencontrés en France par le journaliste tchadien exilé, Makaila Nguebla. M. Nguebla anime depuis plus d’une décennie un blog très critique, vis-à-vis du président tchadien Idriss Deby. Ayant du fuir son pays, M. Nguebla bénéfice aujourd’hui du statut de réfugié.

Le président tchadien Idriss Deby est l’allié incontournable de la France dans sa lutte contre le terrorisme au Sahel. En échange, Paris ferme les yeux sur les multiples violations des Droits de l’Homme du régime tchadien et l’extrême pauvreté de la population, qui malgré la manne pétrolière, pointe au 186eme rang sur 189 à l’indice de développement humain de l’ONU. En février dernier, nos chasseurs Mirage, sur l’ordre d’Emmanuel Macron, ont même bombardé une colonne rebelle qui menaçait le pouvoir de son ami Deby. Le groupe parlementaire de la France insoumise s’était alors prononcé contre ce soutien militaire plus que surprenant à un dictateur patenté. Il avait réclamé une commission d’enquête.

Makaila Nguebla, doit comparaître devant la justice française le 17 septembre prochain pour avoir diffusé sur son blog Makaila.fr un article dénonçant les dérives financières et le clientélisme d’Abbas Tolli, neveu du président tchadien Idriss Deby et actuel gouverneur de la banque des états de l’Afrique centrale. Rédigée le 10 novembre 2017 par un anonyme, la publication incrimine Abbas Tolli pour avoir accumulé de l’argent, favorisé certains protégés et avoir ainsi contribué au pillage de l’état tchadien.

Son blog étant l’un des sites les plus lus du Tchad, le journaliste « se devait de relayer l’information ». Malgré la diffusion d’un droit de réponse, demandé par l’entourage d’Abbas Tolli, Makaila reçoit le 20 décembre 2017 une mise en demeure de la part de l’avocat d’Abbas Tolli pour retirer sous 48 heures l’article de son blog. « Si je retire l’article, cela veut dire que je retire également le droit de réponse » rétorque le journaliste.

Bien que les deux écrits aient été retirés en temps et en heure, Makaila Nguebla est tout de même convoqué le 28 novembre 2018 à la Brigade de Répression de la Délinquance contre la personne et auditionné en « qualité de suspect » pour « diffamation publique envers particulier ».

Des accusations « d’injure publique envers particuliers » sont ensuite ajoutées par le TGI de Paris en juin 2019. L’affaire est ensuite renvoyée devant le tribunal correctionnel qui a convoqué Makaila le 17 septembre prochain.

L’acharnement du clan Déby contre un journaliste qui ne fait que son travail d’information, et la tentative d’instrumentalisation de la justice française par le pouvoir tchadien doivent être dénoncés.

Nous apportons notre soutien à Makaila Nguebla dont nous connaissons le sérieux et le dévouement à combattre les injustices.

Nous avons toute confiance en la justice française pour que cette affaire grotesque reste sans suite et que notre système judiciaire ne se plie pas aux injonctions de dictatures étrangères qui poursuivent leurs opposants jusque dans les prétoires de notre pays.

Thomas Dietrich et Pierre Boutry

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes