jeudi, 23 novembre 2017
 

Tchad : Grève du secteur public, arrestation de deux leaders syndicaux

Deux leaders syndicaux tchadiens ont été arrêtés vendredi soir et samedi sans que l’on en connaisse les motifs, a appris l’AFP de source syndicale samedi, alors que les travailleurs du secteur public revendiquent des augmentations de salaire et observent une "grève perlée". "Hier soir des policiers en civil sont venus au domicile de Barka Michel (cadre de la Conféderation libre des travailleurs tchadiens, CLTT) pour lui dire que le ministre de l’Intérieur avait besoin de lui. Il est parti avec eux depuis hier soir et depuis nous sommes sans nouvelles", a affirmé à l’AFP le porte-parole de la Conféderation de syndicat des travailleurs tchadiens (CSTT) André Kodjimadingar.

M. Kodjimadingar a précisé que "Mangaral Nadjiyama (président des anciens employés de la Tchad Cameroun Constructor, TCC) a été arrêté ce matin et se trouve au commissariat de police". Selon un proche de M. Mangaral, les ex-employés de la TCC préparaient "une marche pacifique pour revendiquer leurs droits". Il n’a pas été possible de connaître les motifs de ces arrestations. Vendredi, les travailleurs du secteur public, en grève depuis le 25 octobre ont suspendu leur action pour poursuivre les négociations tout en menaçant de cesser le travail à nouveau mercredi. "Nous suspendons la grève à partir de ce vendredi pour la reprendre dès mercredi prochain", avait annoncé Brahim Ben Seid le secrétaire général de la CLTT auquel appartient Michel Barka, ajoutant que "les travailleurs sont disposés à maintenir le dialogue avec le gouvernement".

Le secrétaire général de l’Union des syndicats du Tchad (UST) François Djondang avait indiqué que les syndicats avaient opté "pour cette forme de grève dite perlée pour laisser le champ libre aux négociations" en soulignant que le président Idriss Deby Itno leur avait proposé une augmentation de "20% seulement, au lieu de 100% comme nous demandons".

"Nous comprenons la situation des travailleurs. Mais nous sommes à pied d’oeuvre pour satisfaire à leurs revendications", avait déclaré le 25 octobre un responsable du ministère de la Fonction publique Toïna Tondjibaye, demandant aux travailleurs de suspendre leur grève, afin de laisser le temps au gouvernement.

Source : AFP

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes