dimanche, 22 octobre 2017
 

TCHAD : Lutte contre Boko Haram, une aubaine pour Deby

Depuis le conflit du nord Mali de 2013, où les troupes tchadiennes étaient intervenues aux côtés des forces françaises face aux mouvements djihadistes, le régime tchadien d’ Idriss Deby , a réussi à se valoriser et est devenu indispensable dans la lutte contre le terrorisme au sahel au sein de l’opinion publique africaine et internationale insouciante et peu regardante par sa gestion des affaires publiques au niveau national.

Impopulaire dans son pays depuis son arrivée au pouvoir, le 1er décembre 1990, le Président tchadien Idriss Deby, règne sur le Tchad par une terreur et une répression sans égale face à une opposition neutralisée et décapitée, une société civile affaiblie, une presse sous contrôle grâce à la mise en place d’un régime policier et d’une armée violente acquise à sa cause qui étouffe tout moyen de recours de contestation pacifique.

Formé en 1986 dans une école de guerre en France, Idriss Deby bénéficie depuis lors, des précieux conseils de responsables des renseignements généraux et d’officiers français, pour garder son pouvoir. En 2012, pour les Tchadiens qui aspirent à un changement politique dans leur pays, l’arrivée de M. François HOLLANDE au pouvoir en France, avait suscité un réel espoir parce qu’il avait promis aux Africains, une rupture avec les vieilles pratiques de la nébuleuse françafrique. Cette secte qui pille, endeuille et ensanglante le continent par des conflits armés et des guerres fratricides motivés par des intérêts occultes au profit des dirigeants véreux et leurs soutiens extérieurs.

Terrorisme au Sahel et Boko-Haram, une aubaine pour Idriss Deby Avec la menace terroriste qui pèse sur plusieurs pays africains, Idriss Deby dont le pouvoir reste contesté, a réussi à tirer son épingle du jeu grâce aux interventions de son armée constituée sur des bases claniques.

En 2013, l’occupation du nord Mali par des groupes djihadistes et devant la tergiversation des États africains d’envoyer leurs troupes à la rescousse de Bamako, le rôle du Tchad, est jugé indispensable car l’une intervention française, est taxée de néocolonialiste sur le continent par les partisans à la souveraineté. Le Président tchadien est encensé et sollicité ardemment. Plusieurs personnalités africaines comme M. Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre des affaires étrangères du Sénégal, ont été reçues dans la capitale tchadienne, mandatées pour négocier l’envoi d’une armée à la solde d’un dictateur en quête de légitimité internationale.

La conséquence de cette intervention des troupes tchadiennes aux côtés des forces françaises, a soigné l’image d’un régime prédateur des libertés. Malgré son déficit démocratique, le pouvoir d’Idriss Deby est aujourd’hui, accepté par l’opinion internationale sans discernement en témoigne, son entrée comme membre au Conseil de sécurité de l’ONU.

Après le Mali, le Président tchadien a subi un échec en Centrafrique où l’armée tchadienne a apporté un soutien militaire, politique et diplomatique au groupe rebelle de la Séléka qui a renversé en 2013 le pouvoir de François Bozizé. Le rôle du Tchad dans le conflit centrafricain, a été dénoncé par les acteurs politiques et associatifs locaux de ce pays puis relayé dans de rapports des organisations humanitaires internationales qui y travaillent.

Avec une stabilité relative à l’intérieur de son pays, Idriss Deby poursuit ses interventions militaires à l’extérieur. Le 16 janvier dernier, l’Assemblée nationale tchadienne, véritable chambre d’enregistrement, qui lui est acquise, a été mobilisée pour autoriser l’envoi des troupes tchadiennes au Nigeria. Sous prétexte que le Tchad dépend économiquement des marchandises en provenance du voisin nigérian, les députés tchadiens à majorités issus du parti au pouvoir, le Mouvement Patriotique du Salut (MPS), ont voté une loi en faveur de l’intervention de l’armée tchadienne pour lutter contre Boko-Haram. Boko Haram, une armée de déstabilisation de l’Afrique ?

Contrairement à l’argument économique souligné par les autorités tchadiennes, les marchandises en provenance du Nigeria ne transitent plus par les zones contrôlées par Boko-Haram, mais par d’autres voies sécurisées qui passent par le Cameroun loin des théâtres des opérations.

Les députés tchadiens intimidés par la présence des diplomates De passage à Paris, un député tchadien, membre de l’opposition, ayant requis l’anonymat, a déclaré que lors du vote de la loi, les diplomates étrangers et les représentants des institutions internationales accréditées au Tchad, ont été invités dans l’hémicycle pour suivre les débats. Leur présence a été perçue par les députés de l’opposition comme une violation manifeste de la souveraineté nationale. Ils ont estimé qu’il s’agit, d’une manœuvre du pouvoir pour intimider les réticents à l’intervention militaire du Tchad.

Si pour le Président tchadien Idriss Deby, l’envoi de ses troupes, est approuvé par l’Assemblée nationale, il faut toutefois, rappeler que des négociations directes ont eu lieu, entre lui et le Président camerounais Paul Biya. Le dirigeant tchadien a évoqué les difficultés financière auxquelles, est confronté le Tchad. Paul Biya, contraint a saigné le trésor public de son pays pour financer cette opération des militaires tchadiens payés aux frais du contribuable camerounais.

Pour de nombreux observateurs tchadiens, leur armée est aujourd’hui, utilisée par le Président Idriss Deby comme des mercenaires auxquels, certains États et les instances internationales recourent pour lutter contre le phénomène terroriste en occultant les réalités peu glorieuses du régime actuel qui responsable des persécutions intenses et des violations des droits humains à l’encontre de son peuple. Cette politique à géométrie variable des partenaires internationaux, a agacé tous les segments de la vie politique et associative tchadienne qui s’organise tant bien que mal dans le pays pour entendre leur voix.

Des manifestations interdites et réprimées dans un silence total Au Tchad, les manifestations de l’opposition ou de la société civile, ne sont pas souvent autorisées par le pouvoir. Face à cette chape de plomb qui pèse sur le pays, étudiants, élèves et enseignants, ont tenté depuis janvier jusqu’à mars, d’exprimer leur mécontentement pour dénoncer la cherté de vie, l’absence des libertés et réclamer plus de justice et d’équité dans la distribution des ressources du pays. Mais, force est de constater que les forces de l’ordre étant allergiques à ces manifestations pacifiques ont procédé à de nombreuses arrestations et violemment réprimés ces derniers dans plusieurs régions du pays. Une vidéo d’élèves et étudiants, arrêtés puis maltraités par les forces de l’ordre au Tchad, a provoqué l’indignation sur la toile.

Au niveau national, seules les associations locales de défense des droits humains, ont dénoncé ces violences à l’encontre des citoyens devant un silence intriguant des organisations internationales. Allié incontournable de la France et de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme qui lui est favorable, Idriss Deby bénéficie d’une mansuétude. Les revendications légitimes du peuple tchadien à un État de droit, à la démocratie, au respect des libertés et des droits humains, ne semblent pas être les prioritaires des partenaires internationaux du Tchad.

Comment peut-on, dans ce contexte lourd de suspicion, organiser en 2016 au Tchad, des échéances électorales déjà controversées par la question de la biométrie, censée garantir une transparence électorale et empêcher la fraude, à laquelle, le pouvoir en place a habitué son peuple ?

Makaila NGUEBLA

http://makaila.over-blog.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes