dimanche, 16 décembre 2018
 

Djibouti : ABUS !!!

Selon les informations sûres et concordantes recueillies auprès de la Direction du Syndicat des Propriétaires des Taxi Tricycles, les propriétaires des Taxi Tricycle ont entamé ce matin, un arrêt de travail pour protester contre la hausse vertigineuse de l’Assurance (soit 124%) et les tracasseries policières dont ils s’estiment victimes.

Avant de commencer leur action pacifique, les responsables de ce Syndicat ont alerté l’ensemble des autorités afin de trouver une solution à leurs problèmes. Il s’agit de : Finances, Transport, Médiateur, Préfet, Maire de Djibouti etc.).

Et cela a duré 7 mois, sans qu’aucune solution ne leur soit proposée. Ce matin dés que les membres des Propriétaires des Taxi Tricycles ont entamé leur arrêt de travail, la Police a ordonner à ce qu’ils reprennent leur travail ; et devant le refus des grévistes comme à l’habitude, la Police a opéré des arrestations en commençant par le Président du Syndicat Mr ABDOULKARIM MOUMIN OMAR et actuellement ils sont une trentaine à être détenu au Centre de Rétention de NAGAD.

Il faut savoir que les Taxi Tricycles desservent le banlieue de BALBALA et PK12 où les minibus et bus ne passent pas.

La LDDH dénonce et condamne l’usage de la force contre les grévistes pacifiques et exige la libération immédiate des syndicalistes incarcères à NAGAD et interpelle les autorités politiques et administratives à respecter la Constitution qui garantit l’usage de la grève.

Le Président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains Omar Ali Ewado

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes