dimanche, 15 juillet 2018
 

Djibouti : Défendre l’Education Nationale et son personnel

Le Collectif pour la Sauvegarde de l’Education et pour la Défense des Droits du Personnel de l’Education Nationale poursuit inlassablement sa mission de sensibilisation et d’éveilleur de consciences auprès des enseignants, du personnel de l’Education et des parents d’élèves en cette période de doute et de pusillanimité. Des réunions sont régulièrement organisées avec les représentants des établissements. Des stratégies voire des pistes de réflexions sont entrain d’être élaborées pour faire face à « cette machine folle » programmée pour tuer l’Education Nationale.

Arrestation et séquestration d’un professeur d’EPS

Les professeurs du collège d’Arta, domiciliés dans la capitale, ville située à 37 km de Djibouti-ville, empruntent un bus tous les matins vers 6h45. Le dimanche 23 mars 2014 vers 7h du matin, le bus des enseignants fut arrêté au niveau de PK 20 par un commando de 8 policiers en armes dirigé par un capitaine dont le zèle est connu de tous les Djiboutiens. Ils ont demandé à Fayçal Omar, professeur d’EPS, de le suivre et cela sans mandat d’arrêt. C’est ainsi qu’un professeur a été arrêté comme un vulgaire voyou et après avoir été interrogé sur son appartenance politique, a été placé dans une cellule du 4ème Arrondissement de la Police. Il fut libéré en début de soirée.

Le Collectif des enseignants s’insurge des manœuvres politiciennes du Ministre de l’Education nationale et de la Formation Professionnelle qui continue à :

- outrepasser les principaux fondamentaux de la Constitution Djiboutienne qui autorise la liberté d’opinion politique des citoyens

- faire pression sur le ministère du travail et des réformes administratives pour suspendre, licencier et radier de nombreux enseignants et hauts cadres de l’éducation nationale

- créer des situations de précarité dans les écoles, collèges et lycées du pays,

- radicaliser les sentiments de frustration de la communauté éducative.

A cet égard,

1. Considérant les graves menaces qui pèsent sur l’avenir des écoliers, élèves et étudiants de nos écoles, collèges et lycées,

2. Considérant les manœuvres politiciennes à étouffer l’expression syndicales des enseignants,

3. Considérant la poursuite aveugle des procédures de retenu de salaires et de licenciements des enseignants,

4. Considérant le non-respect des textes fondamentaux de l’administration publique en matière du mouvement des fonctionnaires,

5. Considérant l’absence d’un cadre de dialogue et de concertation avec le pouvoir en place,

Le Collectif des Enseignants et du Personnel de l’Education Nationale appelle à la conscience collective des enseignants et du personnel de l’éducation afin de se mobiliser davantage pour contrecarrer toutes les manœuvres politiciennes incitant à la déstabilisation de l’éducation nationale.

Pour sauver l’avenir de nos enfants, il est temps d’agir car demain il sera trop tard. Unis plus que jamais pour une école et un avenir meilleurs.

Le porte-parole du collectif Abdillahi Adaweh Mireh

Djibouti, le 30 mars 2014

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes