mardi, 21 novembre 2017
 

Djibouti : Harcèlement judiciaire des défenseurs des Droits humains et des militants politiques

Les cinq prisonniers politiques qui ont bénéficié de relaxe le 05/05/2012, après avoir été détenu arbitrairement durant 9 mois sous le chef d’inculpation de « participation à un mouvement insurrectionnel » sont en attente de jugement en Cour d’Appel du Tribunal de Djibouti parce que le Procureur de la République avait interjeté appel. Pour la 3ème fois, le 2 janvier, la comparution en appel a été reportée pour le 9 janvier 2013. Il s’agit de :
- M. Hassan Amine Ahmed, défenseur des droits de l’Homme et membre du conseil national du Parti djiboutien pour le développement (PDD), et actuel membre de la direction de la LDDH ;
- Abdi Osman dit Indabuur cadre du parti de l’opposition UDJ et militant des droits de l’Homme ; torturé par les agents de la sécurité et actuel vice-président de la LDDH ;
- -Ismaël Hassan Aden dit Madheedh et Ismaël Abdillahi Doualeh dit Sitiin, militants du Parti national démocratique (PND) qui furent férocement torturés ;
- et Idriss Mohamed Hamadou, chauffeur du bus, simple citoyen.

Ce 2 janvier, ils ont comparu sans l’assistance d’un avocat. Cela va être le cas aussi le 9 janvier 2013. C’est pourquoi nous lançons un appel pressant pour que ces défenseurs des Droits Humains et ces militants politiques bénéficient de l’assistance d’un avocat.

La LDDH demande la fin des harcèlements judicaires à l’encontre des défenseurs des droits humains et des militants politiques

Djibouti, le 2 janvier 2013

Contact  : ewado_lddh@outlook.com

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes