jeudi, 19 octobre 2017
 

Djibouti : JABHA ACTE II

Le plus ancien prisonnier politique de Djibouti, MOHAMED AHMED EDOU dit JABHA est une fois encore l’objet d’une nouvelle mise en détention en Prison. Cependant aussi rocambolesque que cela puisse paraitre cette même Cour Suprême avait ordonné sa mise en liberté immédiate mais le Premier Ministre s’était catégoriquement opposé lors d’une session de l’Assemblée Nationale à la libération de MOHAMED AHMED JABHA déclarant « Tant que j’aurai la charge de la primature Mr JABHA ne sera jamais libre ». En préparant sa nouvelle incarcération à GABODE MOHAMED AHMED EDOU avait été extrait de GABODE pour être mis en détention à NAGAD, un centre de rétention administrative.

Cette volte-face de la Cour Suprême est inexplicable car la détention de Mr JABHA ne repose sur aucun motif sérieux si ce n’est que pour sauver la face du Premier Ministre de Djibouti. La LDDH dénonce et condamne vigoureusement la détention illégale et arbitraire de MOHAMED AHMED EDOU dit JABHA qui souffre des conséquences de la torture et d’autres pathologies et demande sa mise en liberté immédiate et inconditionnelle.

Le Président de la LDDH OMAR ALI EWADO

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes