mardi, 21 novembre 2017
 

Djibouti : Manifestation de jeunes étudiants devant la Présidence de la République

Une centaine de jeunes étudiants ont manifesté le 4 octobre

Hier 4 octobre 2011, manifestation devant la présidence de la République d’une centaines des jeunes étudiants en majorité, ceux qui ont réussi leur licence de la dernière année de l’Université de Djibouti, car le diplôme de la maîtrise et du 3ème cycle n’existe pas à Djibouti et tout le monde n’a pas les moyens (comme la fille d’Ismaël Omar Guelleh) ni des bourses gratuites (comme les enfants des personnalités politiques, administratives ou militaires, bref des personnalités bien placées).

Immédiatement les Forces d’intervention de la Police sont intervenues.

Les étudiants ont tout de suite chanté l’hymne nationale, puis ils ont demandé à la police de les laisser monter dans les camions. Tous en même temps, ils ont crié : « Le dictateur a affamé le peuple et nous préfèront aller en prison car nous n’avons rien à manger à la maison ni à boire avec les pannes d’eau à répétition »

Huit camions ont embarqués une partie des manifestants vers Nagad. Les autres sont partis à pieds, entourés par les troupes d’intervention armes aux poings. Cela nous rappelle les arrestations par la Gestapo et les soldats SS, qui encadraient les résistants des Forces Françaises Libres, capturés durant la seconde guerre mondiale.

Aujourd’hui 5 octobre 2011, plus d’une centaine d’étudiants manifestent actuellement devant la présidence de la République et d’anciens étudiants toujours au chômage ont rejoint la manifestation en criant : « nous avons faim et nous voulons tout de suite avoir du travail ».

La Police vient juste de tirer des grenades lacrymogènes contre les manifestants pacifiques.

Demain, est-ce que ce sera au tour des parents de manifester ?

Trop de répressions comme à Mogadiscio risquent de nous entraîner dans le cycle infernal « Répressions-Violences ».

Il est temps que nos Forces armées cessent d’apporter un soutien inconditionnel au régime dictatorial qui se considère impuni et qui dévalise, sans vergogne, les Fonds de l’Etat.

La Ligue Djiboutienne des Droits Humains (LDDH) est très préoccupée par la situation explosive qui risque de nous projeter vers le gouffre de l’anarchie comme à Mogadiscio.

NOEL ABDI Jean-Paul

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes