mercredi, 14 novembre 2018
 

Djibouti : Révolte à Tadjourah

Selon les informations sûres et concordantes recueillies le 14 MAI 2018, par la LDDH la jeunesse Tadjourienne s’est du nouveau manifestée pour exprimer leur refus d’injustice lors de l’embauche au Port de Tadjourah. Force et de constater que les responsables de la Préfecture et de la Mairie usent et abusent du tribalisme pour diviser la jeunesse ; ce qui est fort regrettable.

Comme d’habitude la Police a usé de force pour réprimer cette manifestation. L’on déplore plusieurs blessés et des arrestations abusives et pour empêcher la circulation de l’informations les autorités de la région ont coupé les liaisons téléphoniques jusqu’à ce matin.

A l’heure actuelle, nous ignorons le bilan exact de cette manifestation mais nous savons que 3 jeunes sont toujours détenus à la Brigade de la Gendarmerie de Tadjourah, haut lieu de torture où sont succombés, dans le passé, plusieurs personnes à la suite des mauvais traitements. Sont détenus :

- MOHAMED KAMIL ALI
- HARED BOUH IYE

Et nous ignorons l’identité du 3e détenu mas nous savons qu’un troisième jeune est toujours détenu à la Brigade de Tadjourah.

La LDDH dénonce et condamne énergiquement l’usage de la force pour réprimer le droit du travail de la jeunesse Tadjourah. Enfin la LDDH demande au régime en place à Djibouti d’accéder à la revendication légitime de la jeunesse Tadjourienne.

Le Président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H)

Omar Ali Ewado

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes