mercredi, 17 octobre 2018
 

Djibouti : Terreur à Tadjourah !!!

Les conséquences de la manifestations du 14 MAI 2018, sont encore loin de se terminer. Face à la revendication légitime : terroriser et diviser les jeunes Tadjouriens une telle semble la politique adoptée par le Préfet et le Président du Conseil Régional de TADJOURAH.

Les jeunes blessés du 14 MAI 2018 sont soignés chez eux car leurs parents craignent qu’ils ne soient appréhendés par la Police. Contrairement à ce que nous avons écrit le 17 MAI 2018, l’identité du sixième jeune détenu à GABODE est SALEH OMAR SALEH et non AHMED MOHAMED SAAD.

Nous avons appris qu’une liste des jeunes à arrêter a été dressée par le Préfet et le Président du Conseil Régional de TADJOURAH et que les recherches des jeunes se poursuivent toujours à TADJOURAH. Lors de son « élection nomination » le Président du Conseil Régional avait déclaré qu’il avait un projet pour les jeunes de la Région de TADJOURAH et voila que son projet est dévoilé : Diviser puis terroriser la jeunesse pour matraquer les récalcitrants !

La LDDH lance un appel solennel au Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, à l’Union Africaine, à l’IGAD, à la Commission Africaine des droits de l’homme et des Peuples, à l’Union Européenne à faire pression sur les autorités Djiboutiennes pour qu’elles respectent les droits fondamentaux des citoyens et cesser les violences dont sont victimes des civils innocents.

Le Président de la Ligue Djiboutienne des Droits Humains (L.D.D.H)

Omar Ali Ewado

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes