vendredi, 24 novembre 2017
 

Djibouti : Un jeune villageois de Haidu détenu et torturé à la SRD

Début janvier 2012, des soldats de la caserne de Waddi (district d’Obock), ont arrêté une vingtaine de civils soupçonnés de sympathie envers le Front pour la Restauration de l’Unité et la Démocratie (FRUD) à Haidu (Mablas). Certains d’entre eux ont été libérés quelques jours plus tard, après avoir subi des brutalités.

Le 5 février 2012, toujours dans la région de Haidu (Mablas), Abdallah Mohamed Youssouf (un jeune homme de 21 ans), a été arrêté par des éléments de l’AND et torturé dans la caserne de Waddi.

Transféré dans la capitale, le 8 février, à la Section de la Recherche et de la Documentation (SRD) de la gendarmerie, il est actuellement détenu arbitrairement et soumis à des interrogatoires violents (ingestion d’eau savonneuse).

On reproche à Abdallah Mohamed Youssouf, ses liens de parenté avec un cadre du FRUD qui serait son oncle maternel.

La SRD de la gendarmerie est devenue un centre de torture comme la villa de Christophe d’Ambouli dans les années 80.

L’ORDHD :

Exige l’arrêt des arrestations arbitraires, des brutalités policières et militaires à l’encontre des civils et la libération immédiate d’Abdallah Mohamed Youssouf,

Demande aux autorités françaises de suspendre la coopération avec la gendarmerie et l’armée djiboutienne qui torturent systématiquement les opposants, les défenseurs des Droits Humains et des civils innocents.

Demande la libération de tous les prisonniers politiques détenus arbitrairement.

Fait à Montreuil, le 2 mars 2012

Pour l’Observatoire pour le Respect des Droits Humains à Djibouti (ORDHD)

A. COLOMBA

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes