mardi, 21 novembre 2017
 

Djibouti : Vague d’arrestation

Aujourd’hui ont comparu devant LA COUR SUPREME

-  GUIRREH MEIDAL GUELLEH
-  ABDOURAHMAN BARKAT GOD
-  ABDOURAHMAN SOULEIMAN BACHIR

Lesquels avaient été arrêtés avant le début des manifestations et condamnes à 2 années de prison ferme et 5 années de privation des droits civiques sana aucune preuve tangible.

Et la Cour a reporté son audience pour le 25 novembre 2013 sans avoir statué sur le pourvoi formule par les 3 condamnés.

Aussitôt après l’annonce de report, la police a procédé aux arrestations des personnes qui étaient venues assister au procès. Comme l’habitude la brutalité policière était au rendez vous, plusieurs personnes ont été battues et au total 300 personnes (Hommes et femmes confondus) ont été internées au centre de rétention administrative de Nagad et 200 autres ont été ventilées dans les différents commissariats de police de la capitale. Les parents des internés venus s’informer et si possible alimenter leurs proches détenus ont été brutalisés et la police a confisqué les voitures qui leur servaient de transport. Il y’aurait des blessés.

Quant à Maitre DJAMA AMAREH MEIDAL, Avocat il a été directement conduit au SRD (Gendarmerie).

En cette période de canicule des arrestations si massives des personnes dont certaines sont des femmes et d’hommes vulnérables constituent un flagrant déni de liberté et appelle de notre part une rigoureuse condamnation.

La LDDH exigé du Pouvoir en place à Djibouti la mise en liberté immédiate et sans conditions de tous les détenus incarcérés sans aucun motif.

LE PRESIDENT de la LDDH

OMAR ALI EWADO

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes