jeudi, 17 août 2017
 

LE FRUD CONDAMNE LE MASSACRE DE LA COMMUNAUTE YONIS MOUSSA

Le FRUD condamne avec la plus grande fermeté la tuerie de Balbala, un crime odieux perpétré par les forces de l’ordre à l’encontre de la communauté Yonis Moussa appartenant au clan Issa, qui s’apprêtaient à organiser une cérémonie traditionnelle annuelle.

La police, et la gendarmerie épaulées par des éléments de l’Armée et des agents cagoulés de la milice privée, ont attaqué très violement des civils, très tôt le matin du 21 décembre détruisant tout sur leur passage, tirant à balles réelles sur des personnes présentes pacifiquement pour des activités culturelles à Buldugo à Balbala.(faubourg de Djibouti) Le bilan est extrêmement lourd, 19 personnes tuées par balles et 150 blessées.

Dans l’après midi du 21 décembre, des agents cagoulés ont attaqué les dirigeants de l’USN qui étaient en réunion, blessant plusieurs d’entre eux dont le président Ahmed Youssouf , le député Said Houssein (grièvement atteint par balles) et l’ancien ministre Hamid Abdi et arrêtant avec violence le secrétaire général Abdourahman Guelleh

Cette escalade meurtrière fait suite à une répression inouïe depuis début 2015 contre les populations civiles, victimes de leur soutien aux forces démocratiques : FRUD et USN :
- Répression des civils dans les régions des Mablas et des Goda en février et avril 2015 ;
- En juillet 2015 ; les habitants du triangle Moussa Ali Syaru Garabtissan ont été privés d’accès aux points d’eau pour complicité avec le FRUD, entraînant le départ de 2 000 personnes vers l’Ethiopie ; fuyant la répression et la soif ;
- En octobre 2015, 53 personnes ont été arrêtées et torturées, à cause de leurs liens de parenté avec les membres du FRUD, 25 d’entres elles sont emprisonnées à Gabode ;
- Plus d’une centaine de personnes membres ou sympathisants de l’USN ont été arrêtées depuis novembre 2015, des députés de l’USN ont subi des violences physiques de la part de la police ;
- 23 personnes ont été violement frappées et arrêtées le 20 décembre au pont d’eau d’Adgeno par l’armée qui se venge de ses échecs face au FRUD durant ce mois de décembre dans la zone de Margoïta.

Ce massacre horrible des civils OdahGub commis, 3jours après la commémoration du crime impuni d’Arhiba s’inscrit dans une tradition criminelle de ce régime et dénote son caractère ininterrompu.

Le FRUD estime qu’aucun pouvoir ne doit se dérober pour appréhender, poursuivre et punir les auteurs de tous ces crimes de masse.

Fait à Bruxelles, le 21 décembre 2015

Mohamed Kadamy Président du FRUD

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes