jeudi, 17 janvier 2019
 

Occupation pacifique de l’ambassade de Djibouti

Aujourd’hui le 24 février, le Collectif pour la Démocratie à Djibouti a pris, durant une heure trente, possession de l’ambassade Djibouti en France.

L’action s’est déroulée sans incident.

Le sit-in a duré de 14h20 à 15h45.

Le Collectif a entrepris cette action pacifique afin de :

- dénoncer les violences commises par le pouvoir en place contre la population civile et les membres de l’opposition qui ont eu le tort de descendre dans la rue le 18 février dernier pour demander le départ immédiat d’Ismail Omar Guellleh ;

- informer l’opinion publique française et internationale sur un drame à huit clos qui se déroule à Djibouti : silence on torture !

- exiger la libération de plus de tous les détenus (plus de 200 manifestants emprisonnés à Gabode ou détenus à Nagade) ;

En investissant l’ambassade de Djibouti, le Collectif avait pour but précis de braquer l’attention de la presse internationale sur la manifestation prévue pour le 25 février. Le pouvoir étant aux abois, il pourrait commettre, en l’absence des médias internationaux, des atrocités supplémentaires contre notre peuple.

Lequel aspire, à l’instar du peuple tunisien et égyptien, à recouvrer ses droits.

Le peuple djiboutien doit savoir qu’il n’est pas seul. Sa libération est proche.

L’opposition extérieure entreprendra d’autres actions « coup de poing » dans les jours à venir.

Fait à Reims, le 24 février 2011

Ali Coubba, Responsable de la coordination

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes