samedi, 15 décembre 2018
 

Ethiopie : Deux journalistes suédois et trois éthiopiens inculpés de "terrorisme"

Reporters sans frontières dénonce l’inculpation pour "activités terroristes", annoncée le 7 septembre 2011 par le porte-parole du gouvernement éthiopien, Shimeles Kemal, des journalistes suédois Johan Persson et Martin Schibbye, de l’agence Kontinent. Les deux hommes ont comparu devant la justice le 6 septembre 2011. Le même jour, Woubeshet Taye, directeur adjoint de l’hebdomadaire Awramba Times, et Reyot Alemu, éditorialiste pour l’hebdomadaire en langue amharique Fitih, ont eux aussi été formellement accusés en vertu de la loi anti-terrorisme. Ils encourent la prison à perpétuité.

Un troisième journaliste éthiopien, Elias Kifle, rédacteur en chef adjoint du site en ligne Ethiopian Review, basé à Washington, est également inculpé de "terrorisme". Il vit aux Etats-Unis et est le seul des cinq journalistes à ne pas être actuellement détenu en Ethiopie.

"Cette inculpation confirme les craintes que nous avions formulées lors de l’adoption par les autorités éthiopiennes, à l’été 2009, de la loi anti-terrorisme. Le gouvernement de Meles Zenawi utilise ce texte contre les professionnels des médias qui dérangent, qui osent le critiquer ou qui enquêtent dans des zones reculées où agissent des mouvements rebelles. Nous exhortons le gouvernement éthiopien à revenir sur ces accusations aussi aberrantes que graves et à relâcher sans délai les quatre journalistes", a déclaré Reporters sans frontières.

"J’ai longtemps espéré que les autorités éthiopiennes se rendraient compte de l’absurdité de ces poursuites pour ’terrorisme’. Désormais, le gouvernement suédois doit se demander si la ’diplomatie silencieuse’ utilisée jusqu’à présent est réellement un moyen efficace pour obtenir leur libération", a estimé Jesper Bengtsson, président de la section suédoise de Reporters sans frontières.

Le reporter Martin Schibbye et le photojournaliste Johan Persson ont été arrêtés le 1er juillet 2011 alors qu’ils étaient entrés illégalement en Ogaden (Sud-Est), avec le Front national de libération de l’Ogaden (Ogaden National Liberation Front - ONLF), afin d’enquêter sur les atteintes aux droits de l’homme perpétrées dans la région. La section suédoise de Reporters sans frontières avait alors mis en place un fonds de soutien aux journalistes. Après deux mois d’incarcération, ils sont désormais officiellement accusés "d’activités terroristes", "d’avoir soutenu et apporté une aide professionnelle à des terroristes" et d’être "entrés dans un Etat souverain sans visa valide ou d’autorisation légale", selon les déclarations faites, à l’agence de presse Bloomberg, le 7 septembre 2011 par Shimeles Kemal. Afin d’appuyer ces accusations, le procureur a utilisé, lors de l’audience, une vidéo à visée propagandiste ( http://www.youtube.com/watch?v=b4QK... ), diffusée sur le site Caakara News quelques jours après leur arrestation.

Woubeshet Taye a été arrêté par la police le 19 juin 2011. Reyot Alemu a été arrêtée deux jours plus tard. Inquiète face à la dégradation de leur état de santé, Reporters sans frontières avait écrit un courrier au Premier ministre éthiopien, Meles Zenawi, le 25 août dernier, afin de demander la libération immédiate des deux journalistes et l’ouverture d’une enquête sur leurs conditions de détention.

Pour tout renseignement complémentaire : Reporters sans frontières 47, rue Vivienne 75002 Paris France rsf (@) rsf.org tél : +33 1 44 83 84 84 téléc : +33 1 45 23 11 51 http://www.rsf.org

Two Swedish and three Ethiopian journalists charged with terrorism

Reporters Without Borders condemns the charges of "terrorist activities" which, according to Ethiopian government spokesman Shimeles Kemal were brought against Swedish journalists Johan Persson and Martin Schibbye of the Kontinent news agency when they appeared before an Addis Ababa court on 6 September.

Two Ethiopian journalists - Wubeshet Taye, the deputy editor of the weekly Awramba Times, and Reyot Alemu, a columnist for the Amharic-language weekly Fitih - were also formally charged under Ethiopia’s anti-terrorism law in a separate case the same day. They are all facing the possibility of life imprisonment.

A third Ethiopian journalist, Elias Kifle, the editor of the Washington-based Ethiopian Review website, was charged in absentia with terrorism, similarly to the other two Ethiopians. He lives in the United States and is the only one of the five journalists who is not currently detained in Ethiopia.

"These charges confirm the fears we voiced when the Ethiopian authorities adopted the anti-terrorism law in the summer of 2009," Reporters Without Borders said. "Prime Minister Meles Zenawi’s government is using the law against journalists who create problems by daring to criticize it or by doing investigative reporting in remote areas where rebels are active. We urge the government to drop these serious but absurd charges and release these four journalists at once."

Jesper Bengtsson, the president of the Swedish section of Reporters Without Borders added : "I had long hoped that the Ethiopian authorities would realize the absurdity of these terrorism charges. The Swedish government must now ask itself whether the ’silent diplomacy’ it has been using until now is really the most effective way to obtain their release."

Schibbye, a reporter, and Persson, a photographer, were arrested on 1 July after illegally entering Ethiopia’s southeastern Ogaden region from Somalia with members of the separatist Ogaden National Liberation Front (ONLF) with the aim of investigating human rights violations in the region.

The Swedish section of Reporters Without Borders responded by creating a support fund for them.

Government spokesman Kemal told the news agency Bloomberg that, as well as "terrorist activities," they were also accused of "supporting terrorists and providing them with professional aid" and "entering a sovereign country without a valid visa or legal authorization." During the 6 September hearing, the prosecutor screened a propaganda video ( http://www.youtube.com/watch?v=b4QK... ) in support of the charges, one that was posted on the Caakara News website a few days after their arrest.

The two Ethiopian journalists were arrested in June, Wubeshet on 19 June and Reyot two days later. Reporters Without Borders wrote to the prime minister on 25 August voicing concern about their deteriorating health and calling for their immediate release. The letter also requested an investigation into the conditions in which they have been held.

For more information : Reporters Without Borders 47, rue Vivienne 75002 Paris France rsf (@) rsf.org Phone : +33 1 44 83 84 84 Fax : +33 1 45 23 11 51 http://www.rsf.org

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes