samedi, 25 novembre 2017
 

Aux masses populaires soudanaises

Communiqué du Parti communiste soudanais

Les mesures annoncées par le président de la République exacerbent la crise Les « alternatives » présentées par le président de la République en guise d’issue à la crise économique globale qui étrangle le peuple et le pays ne sont que des mesures administratives et sont loin d’apporter des solutions à même de sauver le pays de l’état d’effondrement actuel.

Le discours présidentiel devant l’Assemblée législative, qui a fait état de la suppression de 380 postes constitutionnels, et de celle du fardeau pesant sur le ministère des Finances visant à affranchir les produits d’importation tels que le blé, la farine, le sucre, le lait en poudre, l’huile alimentaire, des impôts et taxes douanières, n’était destiné qu’à tromper les masses.

En réalité, monsieur le président de la République ne met en cause ni de près ni de loin les enveloppes affectées à la Sûreté, à la police, aux forces armées et au secteur de souveraineté qui engloutissent 70% des salaires et traitements dans le budget de 2012 et 56 % de l’ensemble du budget. Ce qui signifie que seulement 30 % du budget sont susceptibles d’êtres revus à la baisse, dont les fameux 380 postes constitutionnels, et que 44 % de tout le budget doivent couvrir toutes les dépenses pour l’ensemble du Soudan ! Sans compter son annonce d’une augmentation de l’impôt, des taxes et des prélèvements ainsi qu’une majoration de l’impôt sur les revenus des banques et des terres constructibles, etc.,

Son exigence de poursuivre de la privatisation et de liquidation du domaine public aggravera sans aucun doute la crise. Ces mesures ne se démarquent pas des les anciennes politiques économiques qui reproduisent la crise, d’autant plus que les « alternatives » présentées par le président de la République ne concernent ni de près ni de loin la production agricole, industrielle ou les services, mais préludent à leur destruction par la privatisation et la majoration des impôts et des taxes par l’augmentation des prix des inputs.

Quant aux allocations prévues pour les travailleurs et les retraités, elles seront grignotées par la hausse des prix des carburants et de la plupart des produits de première nécessité. Aussi, les prix des matériaux de construction se sont-ils envolés suite à l’annonce des augmentations au parlement.

Ainsi, ces mesures à caractère administratif n’apporteront aucune amélioration susceptible d’alléger les souffrances des citoyens, et sont loin d’apporter une solution à la crise multidimensionnelle. Nous ne le répéterons jamais assez : la solution réside dans la sortie des citoyens dans la rue pour faire tomber ce régime qui ne laisse aucune autre option que son départ qu’on ne regrettera pas. Le bureau politique

Parti communiste soudanais

Juin 2012

traduction Luiza Toscane

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes