dimanche, 20 mai 2018
 

Soudan : Omar el-Béchir ordonne la libération des prisonniers politiques

La nouvelle a été annoncée par l’agence de presse nationale Suna qui n’a pas donné beaucoup de détails sur ceux qui pourraient bénéficier de cette décision. En janvier, les autorités ont réprimé dans la violence des manifestations contre des mesures d’austérité. Une vague d’arrestations s’en était suivie.

C’est par décret que le président Omar el-Béchir a ordonné la libération immédiate de « tous les détenus politiques emprisonnés dans le pays ». Militants des droits de l’homme, dirigeants de l’opposition, ou simple manifestants : plus d’une centaine de Soudanais ont été mis derrière les barreaux entre le 13 et le 20 janvier.

Ce n’est pas la première vague de libération annoncée par le président el-Béchir. Mi-février déjà une cinquantaine de personnes avaient quitté les prisons soudanaises. Mais les figures notoires comme Mokhtar al-Khatib, secrétaire général du parti communiste ou Khaled Omar, du parti du Congrès soudanais, sont restés derrière les barreaux. Selon les organisations des droits de l’homme, près de 90 personnes sont encore détenues.

Difficile donc de mesurer l’ampleur de la décision d’Omar el-Béchir. Alors qu’il se rapproche de l’Occident, le président essaie peut-être de montrer patte blanche. Les ambassadeurs des Etats-Unis et de l’Union européenne ont exhorté à plusieurs reprises les autorités soudanaises à libérer les manifestants de janvier.

Source : http://www.rfi.fr

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes