jeudi, 21 mars 2019
 

Bénin : A PROPOS DES EVENEMENTS SUR LE CAMPUS D’ABOMEY-CALAVI

Le campus universitaire d’Abomey-Calavi a été le théâtre hier, mardi 15 mai 2012 de mouvements ayant abouti à des affrontements entre étudiants et policiers. Dans la foulée, tous les usagers de l’université, enseignants, étudiants, personnels non enseignants, vendeuses ont été bloqués et beaucoup ont subi des dommages. Plusieurs étudiants ont été arrêtés.

Tout est parti du mouvement des étudiants qui sont allés soutenir un de leur camarade jeté en prison et qui comparaissait ce 15 mai devant le tribunal d’Abomey-Calavi. Empêchés d’entrer dans l’enceinte de la clôture du tribunal, les étudiants sont restés dehors pour manifester leur soutien. La police est intervenue pour les disperser et arrête quatre étudiants, André ASSE, Jacquelin SOZAN, César GODONOU, Olivier BOSSIKPONON. L’information de l’arrestation parvenue sur le campus d’Abomey-Calavi suscite la colère des étudiants et s’en sont suivies des manifestations diverses pour exiger la libération immédiate des détenus. La police, appelée par les autorités universitaires, s’en est pris à tous les usagers. La colère des étudiants nourrie par le mal-être général de la jeunesse et le manque de discernement des forces de répression a tourné à de véritables échauffourées avec des impacts divers. Des étudiants ont riposté et des affrontements avec les forces de répression sur le campus d’Abomey-Calavi ont duré jusque tard dans la nuit. La police a pénétré jusque dans les cabines, a défoncé des portes pour rechercher et arrêter des étudiants. On dénombre près d’une vingtaine d’arrestations.

Face à ces événements, l’Organisation de Base du PCB à l’Université

- 1 Estime qu’il est normal que des étudiants aillent soutenir un de leur camarade en procès et que ce soutien qui se manifestait en dehors du tribunal ne devait pas entraîner des arrestations de manifestants.
- 2 Juge normal que des étudiants informés de l’arrestation de leurs camarades et responsables manifestent leur colère et organisent des actions pour exiger leur libération immédiate.
- 3 Mais appelle les étudiants à la vigilance et à l’esprit de discernement pour éviter des actions pouvant nuire à la cohésion naissante et à l’unité d’action entre les diverses composantes de l’Université, notamment entre étudiants et enseignants.
- 4 Exige la libération de tous les étudiants arrêtés pour le retour de la sérénité sur le campus d’Abomey-Calavi.

Abomey-Calavi, le 16 mai 2012

L’Organisation de Base de l’Université

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes