jeudi, 15 novembre 2018
 

Bénin : FSP : TALON DETRUIT L’ETAT DE DROIT MAIS LE PEUPLE RESISTE

Le Front pour le Sursaut Patriotique (FSP) a tenu une Assemblée générale au sujet de la situation socio-politique actuelle et des tâches immédiates du Front. Cette assise qui a connu la participation des organisations membres ainsi que des comités régionaux du Front a adopté la déclaration dont la teneur suit :

En trente mois de pouvoir, le Président TALON a achevé la destruction de la démocratie et de l’Etat de droit au Bénin. L’arsenal juridique légalisant la dictature autocratique est complètement installé. Désormais, la liberté d’opinion et de réunion n’existe plus. Le pouvoir de TALON traque, arrête, juge en moins de deux heures et condamne à douze mois de prison un jeune protestataire comme Sira KOROGONE pour délit d’opinion. On peut désormais légalement juger une affaire déjà jugée. La Cour d’appel est dans les faits supprimée. Une Cour d’Inquisition, la fameuse Criet, juge, sans recours, tout citoyen à lui envoyé par le pouvoir. Les poursuites et procès sous TALON, contre les opposants et concurrents, Laurent METONGNON, Valentin DJENONTIN, etc, et maintenant encore Sébastien ADJAVON ont révélé aux yeux du monde entier que la justice au Bénin est une justice sans foi ni loi.

La loi sous TALON a légalisé l’exclusion du citoyen de tout droit démocratique de réunion, de manifestation, de grève. En fixant des cautions financières à la mesure des seuls riches mafieux, dans un pays où il est reconnu officiellement que la moitié de la population est en insécurité alimentaire et ne mange pas à sa faim, la loi portant Charte des partis et le code électoral sous TALON excluent les représentants des classes populaires et moyennes de tout droit d’éligibilité aux élections législatives et présidentielle.

Tout est accompli : Selon l’autocrate, ce n’est point le bilan économique et social qui garantit le succès aux élections, mais l’élimination des concurrents et opposants, l’asservissement des institutions chargées du scrutin, le musèlement du peuple. Le pouvoir de TALON a accompli cette mission. Mais le peuple ne se sent ni ne se sait encore vaincu. Au contraire. La jeunesse reprend et multiplie les "Initiatives", défiant et déjouant la traque policière, méprisant les menaces d’emprisonnement. Le peuple affamé dénonce les hausses vertigineuses et provocatrices des taxes de racket sur les routes, dans les marchés, les ateliers, les universités, les écoles, les communications électroniques, etc. La jeunesse dans toutes ses composantes et le peuple observent que lorsque la protestation est vigoureuse et déterminée, le pouvoir affameur recule.

La jeunesse et le peuple apprennent que l’on peut s’opposer à l’ordre affameur et liberticide et le vaincre. Le peuple assimile cette vérité qu’aucune dictature ne peut tenir devant un peuple organisé et déterminé. Le Front salue donc toutes les initiatives protestataires de la jeunesse. Il dénonce la traque lancée contre la jeunesse. Il exige la fin des poursuites contre les opposants et exige la libération des détenus politiques et le retour de tous les exilés.

L’arsenal juridique installé par le pouvoir de TALON est inique, anti-démocratique et dictatorial. Il est inacceptable car étouffe la jeunesse, les travailleurs, les entrepreneurs et le peuple. Les lois scélérates contre les libertés de manifestation, d’association, de grève sont inacceptables. La loi portant charte de partis politique ainsi que le code électoral sont inacceptables. La Cour d’exception, la fameuse Criet est inacceptable. La faim imposée au peuple, le chômage imposé à la jeunesse sont inacceptables. Le pillage ouvert des ressources du pays à travers des contrats de gré à gré signés en toute opacité, des sociétés écran détenues par un Chef d’Etat demeuré Chef d’entreprise, tout cela est inacceptable. Il faut se lever, maintenant, encore et encore plus largement, plus résolument.

C’est pourquoi le FSP appelle les travailleurs, la jeunesse, tous les démocrates et le peuple à la résistance, à la détermination dans la lutte contre le pouvoir autocratique.

Nous ne cesserons jamais de répéter, jusqu’à ce que l’autocratie soit définitivement vaincue, l’appel ci-après : Que de partout, chaque citoyen qui souffre et se plaint de la gouvernance autocratique, de pillage, d’apatridie et de famine du pouvoir de Talon, refuse d’accepter l’inacceptable que l’on veut lui fait subir dans son coin, et alors l’ensemble de ces refus débouchera certainement, immanquablement comme un torrent qui emporte tout, sur la libération du peuple du joug autocratique.

A BAS L’AUTOCRATIE !

VICTOIRE AU PEUPLE !

Cotonou, le 10 octobre 2018

L’Assemblée générale

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes