mercredi, 13 novembre 2019
 

Bénin : Répression contre les enseignants en formation

Les auteurs et commanditaires de la répression du mercredi 07 Septembre 2011 contre les Enseignants en formation doivent être identifiés et punis et les légitimes revendications des Enseignants satisfaites

Le mercredi 07 Septembre 2011 dans la matinée, les Enseignants Contractuels Reversés en Formation ont tenu une Assemblée Générale pour faire le point du mouvement en cours. A l’issue de ce point, ils ont poursuivi le mouvement du boycott des cours pour exiger la satisfaction de leurs légitimes et légales revendications fondées sur les textes dont le décret présidentiel n°377 de juin 2008 (l’article 18 en l’occurrence), l’arrêté interministériel n°34 du 08 Février 2007 et l’arrêté n°2014 du 18 novembre 2008. C’est après cette décision de la poursuite de la grève avec présence pacifique sur les lieux de la formation que dans l’après-midi, une délégation conduite par le DAC du MESFTPRIJ, HESSOU Coovi arrive au Lycée Béhanzin de Porto-Novo. D’un ton agressif, le DAC somma les Stagiaires qui étaient massés dans la cour de rejoindre les salles de cours s’ils veulent rester sur les sites de formation, celui du Lycée Béhanzin notamment ou de rentrer à la maison. Les stagiaires ont choisi pacifiquement la seconde option, celle de se retirer du centre de formation. Les stagiaires vidaient les lieux quand le DAC ordonna la police de les charger et de tirer sur les stagiaires. Des gaz lacrymogènes et des grenades offensives ont été jetés suivis des tirs à balles réelles. Il en résulte des blessés dont un collègue à balles réelles dans le dos. A regarder les choses de près, rien ne saurait justifier cette répression sanglante si ce n’est le règne de l’impunité des criminels de sang dans le pays. Trop, c’est trop.

La Fésen/CSTB :

- félicite et encourage les Enseignants en formation à intensifier les luttes pour la satisfaction de leurs légitimes et légales revendications
- condamne avec énergie la répression et exige que les commanditaires et les auteurs de cette barbarie soient punis à la hauteur de leur forfaiture et une juste réparation des préjudices subis par les stagiaires, et ceux blessés notamment.
- Exige la démission de Hessou Coovi et sa traduction en justice pour abus d’autorité, atteintes graves aux libertés et crime de sang ainsi que tous ses co-auteurs à divers niveaux.
- invite les autorités, le Ministre SOUMANE Allassane Djimba notamment à œuvrer sans dilatoire à une application correcte et complète des textes précités.

Non à la barbarie, à l’impunité des crimes et atteintes graves aux libertés !

Vive la satisfaction immédiate des légitimes et légales revendications des Enseignants !

Cotonou, le 11 Septembre 2011

Pour la FéSEN/CSTB,

Le Secrétaire Général Fédéral

Eustache C. ZINZINDOHOUE CSTB Fédération des syndicats de l’Education Nationale (FéSEN/CSTB) 04BP1012-Cotonou. Tél : 97476772/90957211

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes