lundi, 21 août 2017
 

Attac CADTM Maroc demande l’extradition de Blaise Compaoré

Non, le Maroc ne doit pas servir de poubelle pour dictateurs hors d’usage

Le 31 octobre 2014, le peuple burkinabé a chassé du pouvoir le dictateur Blaise Compaoré mettant ainsi fin à 27 ans de règne. Rappelons que Blaise Comparoré a accédé au pourvoir, le 15 octobre 1987, par un coup d’état et l’assassinat du président Thomas Sankara. Alors que Thomas Sankara a marqué l’histoire par sa farouche résistance aux politiques impérialistes, en particulier en appelant à la création d’un front uni contre la dette à Addis Abeba le 29 Juillet 1987, Blaise Compaoré restera quant à lui célèbre pour sa participation dans les différentes guerres de la région (Libéria, Sierra Leone, Côte d’Ivoire), pour avoir été le bon élève des institutions financières internationales et le fidèle serviteur de sa famille et de son clan.

Au cœur de la révolte, le dictateur burkinabé et sa famille ont été exfiltrés par l’armée française en Côte d’Ivoire. N’étant finalement pas le bienvenu, il a alors trouvé refuge au Maroc, le 20 novembre 2014 soit trois semaines après sa chute. Le 27 novembre, Isaac Zida, le Premier ministre intérimaire du Burkina Faso a annoncé qu’il demanderait au Maroc « de mettre le président Compaoré à la disposition de la justice burkinabè ».

Notons que Blaise Compaoré n’est pas le seul dictateur à avoir trouvé refuge au Maroc et que l’accueil de ce dernier coïncide avec l’organisation au Maroc du Forum mondial des droits de l’homme à Marrakech le 27 novembre 2014. A travers cette manifestation internationale le Maroc cherche à montrer un visage démocratique, mais il ne parviendra pas à masquer le fait qu’il est, depuis longtemps, une terre d’asile pour les anciens dictateurs et les responsables de violations des droits de l’homme.

De ce fait, ATTAC CADTM Maroc :
- • Félicite le peuple burkinabé qui a su chasser le dictateur Blaise Compaoré et pour son combat contre la corruption, pour un Burkina Faso de justice et de liberté.
- • Exige que Blaise Compaoré soit remis à la justice Burkinabé.
- • Refuse que le Maroc soit une terre d’asile des anciens dictateurs.

Le Secrétariat national

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes