lundi, 11 décembre 2017
 

Burkina Faso : Contre les expropriations

Le jeudi dernier nous avons lancé un appel à solidarité aux habitants de Balkouy qui s’apprêtaient inoffensivement à vivre un second calvaire de leur vie ,en effet sans cette mobilisation locale et internationale dont ils ont bénéficiés, le système ferait d’eux des sans abris car au moment même où nous lancions l’appel, les lourdes pelles des bulldozers s’apprêtaient à démolir leurs habitats pauvrement construites.

Comme dans toutes les communes des grandes villes d’Afrique, la vente illicite des parcelles est devenue le busines n°1 des différents maires et leurs disciples municipaux. Ainsi Balkouy est devenu depuis 2005 l’un des busines center qui contribue efficacement à l’entretien où à l’achat des résidences, voitures de luxe …dont on ignorerait la provenance des moyens d’acquisition.

Une fois de plus, la mairie de Bogodogo a envoyé ses bulldozers escortés pars des CRS et des gendarmes aux environs de 8 heure 30mn à Balkouy avec pour mission spéciale : démolir les habitats de plusieurs milliers d’âmes. Mais c’était sans compter sur la vigilance et la spontanéité des certains mouvements de lutte.

Le dimanche 16 mai dernier, une délégation du Mouvement des Sans Voix Burkina et de l’ASPDROL rendait visite aux habitants de Balkouy à travers l’Association pour le Bien être des Habitants de Balkouy (ABHAB).ils ont été informé d’un probable déguerpissement dans les jours à venir. Nous étions donc sous nos garde quand le jeudi matin aux environ de 8heure 30mn précise Mr ZOUNGRANA Mohamed président de l’ABHAB par un coup de nous annonce l’arrivée des bulldozers à balkouy.

Comme 1er reflexe toute la presse audiovisuelle et écrite ont été démolissage. L’équipe de reportage de CANAL3 était déjà en direction vers Balkui.

Par la suite le soutien du Mouvement Burkinabé pour le Droit de l’Homme et des Peuples (MBDHP) et Amnisty international a été sollicité. Cette mobilisation locale s’est poursuivie contraignant le médiateur du FASO a envoyer un représentant afin de convaincre les forces d’oppression à repartir avec les bulldozers pour la plus grande joie des habitants de Balkouy .

Le président de l’ABHAB venu participer à la rencontre de No-Vox Burkina nous fait la proposition d’organiser un ciné débat pour accentuer la sensibilisation et également motiver les membres de l’ABHAB en vu de construire une résistance assez forte pour faire face à l’oppression dont ils sont victime. La date à été choisie et la projection se tiendra le dimanche 30 mai 2010.

En rappel le village de Balkouy situé à Ouagadougou dans l’arrondissement de Bogodogo a subit de tristes journées en 2005 suite à une opération mani-militarie de démolition de leurs domiciles diligentée et dirigée par les premières autorités de l’Arrondissement de Bogodogo avec à sa tête Madame le Maire Zenabo DRABO appuyée de ses conseillés municipaux, la police municipale.

Je dis bien mani-militarie puisqu’il n’y a pas eu d’informations préalables sur cette macabre opération.

Certaines personnes étaient allées au travail et revenir trouver leurs bagages dehors et leurs maisons terrassées. Ce qui a eu pour conséquence des cas de pendaisons, de folies renforcées et que sais-je encore.

Est-ce que cela est faisable dans un pays qui se réclame démocratique Je pense que non.

De 2005 à 2010 cinq années se sont écoulées sans que rien ne soit fait.

Malgré ce triste évènement ayant conduit les victimes à s’en allées parce qu’impuissantes, ceux qui sont les rescapés furent classer en trois catégories A,B et C après une drôle de numérotation et de recensement de leur maison. Ceux-ci devraient Ces respectivement payer les sommes de vingt cinq mille francs, cinquante mille francs et cent mille francs pour l’acquisition de leur parcelle.

En 2009 soit quatre années après ; à la faveur d’un projet d’adduction d’eau potable de l’ONEA, le Maire Henry KABORE alors deuxième adjoint du Maire DRABO pendant les terrassements des maisons aujourd’hui au commande de la Mairie fit les déclarations suivantes pour justifier pourquoi il n’attribuera pas des parcelles à certains habitants à la surprise générale de tous :

- Que dans aucun lotissement dans l’arrondissement de Bogodogo la catégorie C n’a jamais été attributaire de parcelle.

- Qu’il n’a pas été au courant de l’opération de démolition

- Que la zone commerciale ainsi que les espaces verts ont été totalement vendus.

Nous nous posons alors les questions suivantes : dans quelle autre localité de Bogodogo une aussi dramatique opération de démolition de maisons a été déjà faite ? Comment se fait t’il qu’étant adjoint au Maire Mr Henry KABORE ne soit-il pas été mis au courant d’une action d’une telle envergure qui touche à la vie de ceux qui l’ont élus ? Qui a orchestré la vente des espaces verts et la zone commerciale et à qui ces espaces ont été vendus sans même que les habitants ne soient informés ?

au regard de ce sombre tableau, l’ABHAB a rencontré le chef de Balkouy le 29 Mars 2009 elle a rencontrée le CVD le 21 Mars 2009 et récemment encore le 21 Février 2010.

Elle a eu une audience avec le Maire de Bogodogo pour lequel il a fallu des mois de marches en vu de trouver une solution à même de soulager les pauvres populations mais hélas...!

Elle a eu un rencontre avec le chef de cabinet du Maire Simon COMPAORE et toujours rien.

Après ces démarches infructueuses l’ABHAB n’a plus de solution que d’interpeler l’opinion publique nationale et internationale pour que les nombreuses conventions ONUSIENNES sur les droits des personnes et de logements ratifiées par notre pays soient respectées et appliquées. Cela s’avère nécessaire car l’adage qui dit que : « ça n’arrive pas qu’aux autres » est vrai. Les nombreux conflits qui excitent ça et là dans le monde résultent de la mauvaise gestion de ce qu’on a toujours considéré comme petits problèmes.

Militante et militants espérant que vous serez les porte-voix des ‘’sans voix’ pour que l’opinion saisisse l’ampleur des violations des droits des habitants de Balkouy pour leur venir en aide,

NABI Jean-Marie, Secrétaire Général

Mouvement des Sans Voix Burkina /No-Vox

(ASPROL, ABHAB, CAB, SYNTAP licenciés de la boulangerie 2000)

E-mail :sansvoixburkina@ gmail.om

Siège :Paspanga,avenue Thomas SANKARA

Tel ( 00226) 75 17 88 25

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes