lundi, 23 octobre 2017
 

Burkina Faso : Décès d’Hama Arba Diallo

Le Parti de gauche salue la mémoire d’Hama Arba Diallo

Hama Arba Diallo, député-maire de Dori, la ville du grand nord du Burkina Faso et figure de l’opposition burkinabè, est décédé dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Il avait 75 ans. il a très tôt milité en politique et était proche de Thomas Sankara dont il fut ministre des Affaires étrangères, avant de s’en démarquer. C’était un homme de sagesse, de conviction et de combat. En 2010, porté par une coalition de partis progressistes, il était arrivé en deuxième position à l’élection présidentielle, avec 8,21% des suffrages, le Parti de Gauche avait soutenu sa candidature.

Opposant historique au régime de Compaoré, Hama Arba Diallo présidait le Parti pour la démocratie et le socialisme (PDS/Metba), fusion de deux organisations de la gauche Burkinabaise. Le 31 mai dernier, lors d’une nouvelle manifestation de l’opposition pour dire "non" à une révision constitutionnelle, il avait brandi le carton rouge contre Compaoré. Il était de ceux qui ne voulaient pas entendre parler d’un nouveau mandat de celui-ci.

Le Parti de gauche salue sa mémoire.

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

L’opposition vient en effet de perdre un des ses meilleurs dirigeants en la personne d’Arba Diallo, arrivé deuxième aux dernières présidentielles avec 8%. Ancien militant du PAI parti africain de l’Indépendance , il était président d’un nouveau parti, le PDS/Metba créé par l’unification de différents partis de gauche. Je l’ai rencontré une seule fois et j’avais été frappé par son intelligence supérieure. Il a fait la plus grande partie de sa carrière là ’ONU où il a d’abord dirigé une agence de lutte contre la sécheresse. Il a aussi été secrétaire préparatoire de la conférence de Rio sur l’envrionnement.

Le PAI, par interafricain créé par les communistes en 58 je crois, a bcp contribué en Haute Volta à l’introduction des idées révolutionnaires au Burkina Faso et à la prise du pouvoir de Thomas Sankara. Le Pai s’est retiré du pouvoir après l’apparition de divergences dès aout 1984, surtout sur la gestion du pouvoir. Il comptait en ses rangs de nombreux cadres, mais aussi des dirigeants syndicaux de tout premier plan.

Arba Diallo a été alors arrêté, comme d’autres dirigeants du PAI, mais Thomas Sankara est venu le sortir de prison pour le prendre comme conseiller à la présidence.

Son parti a collaboré quelques années avec Blaise Compaoré, en participant notamment très activement à la rédaction de la constitution. Lui même fut laors ambassadeur dans différentes pays. Ils sont entrés dans l’opposition lorsqu’ils ont réalisé la nature du pouvoir.

Il en était à son deuxième mandat de maire de Dori, une des plus importantes villes du Sahel et était reconnu comme un modèle de gestionnaire. IL a en particulier bcp fait pour l’accès à l’eau pour tous. Il entretenait des relations avec de nombreux dirigeants du tiers monde.

IL participait aux travaux du CFOP (l’opposition unie) et nulle doute qu’il contribuait à en enrichir les analyses. IL particpait au meeting et s’était fait remarqué récemment lors de l’un de ses meetings en brandissant un carton rouge à destination de Blaise Compaoré. Vous trouverez une interview de lui à http://www.thomassankara.net/spip.p...

Bruno jaffré

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes