vendredi, 20 octobre 2017
 

Burkina Faso : Retenez bien cette expression : « Prélèvement variable »

Le 1er juin 2011, Oxfam a lancé une nouvelle campagne internationale pour s’assurer que chacun et chacune ait suffisamment à manger. C’est ainsi qu’Oxfam Burkina et ses partenaires se sont retrouvés à Ouagadougou pour demander l’accès de tous à l’alimentation. Au nom des partenaires d’Oxfam, Alfred Savadogo (président du conseil d’administration de SOS Sahel) a exprimé l’engagement des organisations partenaires à jouer leur partition dans la mise en œuvre de l’initiative prévue pour durer 4 ans. Quant à nous, nous sommes prêts à jouer notre partition auprès d’Oxfam et de ses partenaires. Nous le ferons en rappelant inlassablement qu’il ne peut y avoir de justice alimentaire sans justice envers les paysans.

La Confédération Paysanne du Burkina Faso manifeste pourn demander la fin des importations massives de lait en pouderMettons fin aux importations massives de vieux riz asiatiquesÀ cette occasion, le directeur d’Oxfam Burkina, Omer Kaboré, a décrit le contexte de la situation alimentaire régionale et nationale : « Cette crise alimentaire que nous vivons, et la flambée des prix des denrées alimentaires, est le fait d’une absurde injustice mondiale ». Ainsi, chaque jour, près d’un milliard de personnes souffrent de la faim, alors que « notre monde produit suffisamment de nourriture pour tous et toutes ».

Pour lutter contre cette injustice, il faut faire un minimum d’analyse, sinon on risque de se tromper de remèdes. C’est bien de rappeler qu’un milliard de personnes souffrent de la faim. Mais il est bon d’ajouter que parmi eux, 700 000 sont des paysans. On ne peut pas se contenter de mesures à court terme comme celles du gouvernement burkinabè qui a décidé de subventionner le riz importé pendant 3 mois pour soulager les consommateurs urbains. Et les consommateurs ruraux, qui forment 80% de la population, faut-il les oublier parce qu’ils n’ont rien cassé ? !

Aujourd’hui, le monde entier s’inquiète de la volatilité des prix de l’alimentation sur le marché mondial. Je constate que le Burkina et les autres pays de l’Afrique de l’Ouest sont mal à l’aise avec les taxes fixes à l’importation. Et c’est fort compréhensible. Les gouvernements sont tiraillés entre deux orientations. La première : nourrir la ville aux moindres coûts, quitte à supprimer, par exemple, la taxe à l’importation sur le riz (comme en 2008), voire subventionner le riz importé (comme cette année 2011, depuis le 9 mai). D’un autre côté, ils voudraient bien soutenir leurs paysans, mais sans pénaliser les consommateurs urbains. C’est pourquoi les gouvernements de la CEDEAO (Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest) n’arrivent pas à s’entendre sur les produits alimentaires qu’ils pourraient taxer à l’importation à un taux de 35%.

C’est qu’en effet, une telle taxe fixe, loin de protéger du marché mondial, va amplifier ses variations. Prenons un exemple. Supposons qu’un sac de 50 kg de riz arrive aujourd’hui au port d’Abidjan à 10 000 F. Si vous lui appliquez une taxe de 35%, il va coûter 13 500 F. Vous avez ajouté une taxe de 3 500 F. Supposons maintenant que la crise alimentaire mondiale s’accentue et que le prix du riz double. Avec une taxe de 35%, le riz va maintenant coûter 27 000 F. Votre taxe a aggravé la situation en faisant exploser le prix du riz.

Exigeons des Protégeons-nous des importations massives de double concentré de tomateProtégeons-nous des importations massives de concenté de tomate Remplaçons maintenant cette taxe à un taux fixe de 35%, par un prix d’entrée fixé à 13 500 F. Aujourd’hui, il n’y a rien de changé. Mais si le prix du riz double sur le marché mondial, pour atteindre les 20 000 F le sac de 50 kg, il n’y aura pas une taxe à imposer. En effet le prix mondial est alors au-dessus du prix d’entrée, il peut entrer librement à l’intérieur du marché commun de la CEDEAO. Il coûtera donc 20 000 F au lieu de 27 000 F.

S’il arrivait que le prix du riz baisse sur le marché mondial (hypothèse peu probable actuellement), alors, et alors seulement, il serait taxé. Cette taxe serait égale à la différence entre le prix du riz arrivé au port d’Abidjan (ou de Cotonou, etc.) et le prix d’entrée. Cette taxe est appelée « prélèvement ». Et comme elle varie en fonction du prix sur le marché mondial, on précise « prélèvement variable ». Voyons deux exemples. Le sac de 50 kg de riz arrive à l’entrée de la CEDEAO à 11 000 F, le prélèvement sera de 13 500 F - 11 000 F = 2 500 F. S’il grimpe à 13 000 F, le prélèvement ne sera plus que de 500 F (13 500 F - 13 000 F = 500 F). Et les prix resteront stables sur le marché national. Les consommateurs urbains apprécieront cette stabilité et également les producteurs de riz qui sauront à quoi s’en tenir. Il s’agit donc de trouver un prix juste qui permette aux producteurs de riz burkinabè de vivre dignement de leur travail (et donc de développer la filière riz) et aux consommateurs urbains de continuer à avoir accès au riz, qu’il soit local ou importé.

La CEDEAO pourrait commencer par fixer quelques prix d’entrée sur les produits les plus sensibles (par exemple le riz, le sucre, l’huile, le lait en poudre et les substituts au lait concentré sucré et au double concentré de tomate). Puis, peu à peu remplacer l’ensemble du TEC (le Tarif Extérieur Commun, c’est-à-dire l’ensemble des taxes à l’importation) par des prix d’entrée.

Le contexte mondial caractérisé par une grande variabilité des prix alimentaires offre une opportunité à la Commission de la CEDEAO pour négocier un tel changement à l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce).

À mon sens, seuls les « prélèvements variables » peuvent offrir une justice alimentaire liée à une justice envers les agriculteurs et les éleveurs. Nos pays n’ont pas seulement besoin d’une loi d’orientation agricole, mais bien d’une politique agricole et alimentaire qui inclut les prélèvements variables.

Paris, le 3 juin 2011.

Maurice Oudet

Président du SEDELAN

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes