mercredi, 22 novembre 2017
 

Ouagadougou : "S’attaquer aux causes profondes qui rendent possibles ces actes inqualifiables"

Le Burkina Faso vient d’être frappé par un acte d’une violence ignoble au centre de Ouagadougou dans un restaurant et deux hôtels. Le PCF exprime sa solidarité avec les familles des victimes et avec le peuple burkinabé.

L’attentat aurait été revendiqué par Al-Qaida au Maghreb islamique. Un des objectifs des commanditaires serait d’étendre leur zone d’action mortifère dans la zone sahélienne et de s’en prendre à des symboles. Le Burkina Faso est ciblé également parce qu’il se trouve dans une situation potentiellement fragile. L’attaque intervient alors que le gouvernement et la nouvelle Assemblée nationale viennent d’être installés à la suite des élections post-insurrections, et que le peuple burkinabé a su déjouer une tentative de coup d’Etat.

Nous n’oublions pas que longtemps, l’ancien président Blaise Compaoré a été la tête de pont des déstabilisations en Afrique de l’ouest, au centre de nombreux trafics et de liens troubles avec des réseaux du banditisme et de l’obscurantisme au Sahel.

Au-delà des réponses de sécurité et de justice, pour savoir qui se cache derrière les auteurs des attentats et pour mettre à jour les complicités et les objectifs de certains groupes dans les pays voisins, il s’agit de s’attaquer aux causes profondes qui rendent possibles ces actes inqualifiables.

PCF, le 16 janvier 2016

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes