jeudi, 21 mars 2019
 

Côte d’Ivoire : AGIR COLLECTIVEMENT POUR METTRE FIN A LA CRISE POST-ELECTORALE

Cela fait bientôt un mois et demi que le peuple s’est prononcé à l’occasion de l’élection présidentielle sensée mettre fin à la crise identitaire que connait le pays. Mais, le perdant continue de refuser de reconnaître sa défaite et veut faire admettre qu’il a gagné. Il ne convainc pourtant personne en dehors de son clan ; même dans son clan, les personnes sensibles à la vérité ne montrent plus d’enthousiasme à le suivre dans la négation de l’évidence. Malgré tout, il s’installe dans une logique dont les conséquences s’annoncent fâcheuses. Il mobilise une partie de l’armée nationale, des miliciens, des mercenaires pour exercer sur le peuple une violence illégitime et illégale. Il continue de gaspiller les ressources nationales dans les rémunérations des miliciens et mercenaires et dans l’achat des consciences en espérant transformer le mensonge en vérité. Dans ce sens, des avocats français notamment, sont recrutés à grand frais pour l’aider à s’imposer au peuple.

Notre conviction est que si ce viol de la volonté populaire devient un fait accompli, la légitimité aura baissé pavillon devant l’arbitraire et le peuple aura du mal à ériger sa volonté en loi. Ce sera la voie ouverte à un pouvoir basé sur « l’ordre » fût-il maffieux, arbitraire, sanguinaire, fasciste. Ce sera un recul de la conscience révolutionnaire du peuple puisque la conception réactionnaire selon laquelle les institutions et les personnes qui les incarnent sont au-dessus de la volonté populaire aura remporté une bataille. La conception de Gbagbo et ses thuriféraires selon laquelle le conseil constitutionnel est au-dessus du peuple est, en effet, contraire à la souveraineté du peuple, contraire à la vérité, contraire à la lettre et à l’esprit de la loi.

Il est toutefois heureux de constater que de plus en plus de personnes prennent conscience du caractère mensonger des déclamations de Gbagbo et ses partisans. A preuve, leur emprise s’est considérablement réduite sur de nombreux secteurs de la société. Depuis quelques temps, les manifestations des « jeunes patriotes » fidèles à Gbagbo sont reportées et annulées les unes après les autres. Le fait le plus marquant dans ce sens est leur renonciation à « prendre l’hôtel du Golf, les mains nues » comme ils l’avaient promis à grand renfort de propagande. Les seuls vrais soutiens du clan Gbagbo restent actuellement les mercenaires, les miliciens et quelques éléments partisans du jusqu’auboutisme au sein des forces armées nationales. Gbagbo doit savoir que face au peuple ivoirien il ne peut s’imposer avec l’appui des mercenaires et des miliciens. L’alternative qui lui reste est de choisir de partir pendant qu’il est temps ou d’assister impuissant à la désertion des derniers défenseurs du braquage du processus électoral qui finiront par comprendre qu’ils perdent leur âme à défendre l’imposture.

Il n’y a pas de doute que toutes les personnes de bonne foi se rendront bientôt compte qu’il ne sert à rien de s’opposer à la volonté populaire, le simple bon sens permettant de comprendre cette vérité. Progressivement, le front de la lutte contre l’imposture s’élargit et se consolide, car de plus en plus de personnes prennent conscience que le peuple ivoirien est capable de trouver, grâce à son ingéniosité et à sa combativité, les moyens de faire respecter sa volonté exprimée dans les urnes le 28 novembre dernier.

Face à la tentative de négation de leur volonté exprimée le 28 novembre dernier, le PCRCI estime que toutes les composantes du peuple, les travailleurs des villes et des campagnes, les jeunes, les intellectuels, les démocrates, les révolutionnaires, doivent se battre pour faire respecter cette volonté. Pour ce faire, il est urgent d’accélérer la préparation du grand mouvement populaire visant à mettre fin à l’imposture et au mensonge dans notre pays.

Fait à Abidjan, le 12 janvier 201

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes