samedi, 16 décembre 2017
 

Halte aux bombardements, solidarité avec le peuple ivoirien

Communiqué du NPA

Utilisant la résolution 1975 du conseil de sécurité de l’ONU, l’armée française a commencé à bombarder et lancer des missiles sur des camps militaires, des dépôts de munitions, le palais présidentiel, et la résidence de Gbagbo, après s’être emparée de l’aéroport.

Depuis plusieurs mois, une épreuve de force oppose Laurent Gbagbo, le président sortant et Alassane Ouattara, dont la victoire a été reconnue par la communauté internationale.

Aucun des deux camps ne peut se prévaloir du soutien de la population. Dans les villes conquises par les forces de Ouattara, il n’y a eu aucun mouvements ou rassemblements populaires de joie ou de satisfaction. Quant aux appels du camp Gbagbo aux jeunes patriotes et au peuple, ils ont été peu entendus.

Ce conflit est une lutte sans merci entre les deux valets de l’impérialisme et des élites au pouvoir qui n’ont pas hésité à mettre le pays à feu et à sang pour s’installer au pouvoir.

Cet engagement militaire de la force Licorne, conjointement avec celui des casques bleus de l’ONU, est dans la continuité des aventures coloniales passées et illustre la permanence d’une Françafrique soucieuse de maintenir son influence politique et de défendre ses intérêts économiques et ceux de groupe comme Bolloré.

Le NPA est totalement opposé à cette aventure militaire néocoloniale qui n’a rien à voir avec la défense des civils ivoiriens, victimes d’exactions des deux camps en présence, exige l’arrêt immédiat des bombardements et réaffirme sa solidarité avec le peuple ivoirien victime de la guerre.

Le 5 avril 2011

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes