mercredi, 19 juin 2019
 

LES PEUPLES DE COTE D’IVOIRE FONT DES PROGRES DANS LEUR COMBAT REVOLUTIONNAIRE POUR METTRE FIN A LA CONFISACTION DU POUVOIR

La lutte révolutionnaire des peuples de Côte d’Ivoire a, à l’heure actuelle, les objectifs suivants :

1. Imposer la reconnaissance de la volonté populaire exprimée le 28 novembre 2010 pour créer les conditions mettant fin aux crimes politiques et ouvrant la voie à la démocratisation du pays ;

2. Conquérir la liberté d’expression, la liberté de réunion et la liberté de manifestation confisquées par les tenants de la « refondation » qui usurpent le pouvoir d’Etat ;

3. Mettre fin à la souffrance dont les peuples pensaient sortir à l’issue des élections présidentielles passées, souffrance qui s’est aggravée avec la menace de la famine ;

Les efforts restant à faire pour parvenir à ces objectifs sont encore importants, mais l’espoir est de plus en plus grand quant à la possibilité d’une victoire sur les forces réactionnaires. Premièrement, le discours patriotique démagogique mêlant chauvinisme et tribalisme cède du terrain au discours patriotique de bon aloi tenu par tous ceux qui aiment la Côte d’Ivoire entière et qui aspirent à privilégier l’intérêt général par rapport à l’enrichissement individuel scandaleux. Deuxièmement, la reconnaissance de la pertinence du discours révolutionnaire est considérablement élargie. Le temps où les discours du genre : "la seule arme du peuple est le bulletin de vote" ou « nous sommes pour la paix » est révolu. Les appels à la révolution fusent de partout.

Le PCRCI a toujours expliqué que sans la révolution, point de victoire sur la refondation, point de transformations profondes de la société ivoirienne. Cette position qui était considérée par certaines personnes comme partisane et utopique est désormais perçue dans sa vraie nature, celle d’une vérité historique incontestable. Il est désormais admis qu’il faut faire la révolution pour sortir le pays de la crise. Les partisans de la révolution deviennent nombreux et enseignent que la révolution est nécessaire. Ils reconnaissent, par ailleurs, que seuls les peuples ont les moyens de faire cette révolution. Une telle évolution dans les conceptions idéologiques constitue en soi une victoire. Il faut consolider cette victoire. Pour ce faire, les peuples sont déjà à l’œuvre et ont besoin d’aller plus loin. Diverses initiatives sont en cours à travers tout le pays : des marches de protestations et de dénonciations de la volonté de confiscation du pouvoir, des meetings d’explication, l’observation des journées villes mortes. L’éventail d’actions pourra être élargi avec le temps et le développement des forces révolutionnaires. Toutes ces actions évoluent et vont culminer bientôt dans le renversement des usurpateurs du pouvoir.

Le militantisme dans les partis politiques est très utile, mais il est indispensable qu’en plus, les révolutionnaires continuent à perfectionner leurs comités qui leur permettent d’être efficaces dans leur lutte. Il est donc urgent que les fonctionnaires et autres travailleurs salariés, les paysans, les artisans, les transporteurs, les commerçants, les élèves et étudiants, les jeunes sans emplois, les citoyens en général, prennent un grand soin du fonctionnement de leurs comités. C’est à cette condition que les efforts de chacun et de tous pourront fournir l’énergie nécessaire qui permettra de mettre fin à l’actuelle confiscation du pouvoir.

Fait à Abidjan, le 23 février 2011.

Le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d’Ivoire

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes