samedi, 16 décembre 2017
 

Situation confuse en République de Côte d’Ivoire

Depuis bientôt deux semaines, la Cote d’Ivoire est dans une situation de véritable guerre. L’attaque du camp d’Akouédo a été le temps fort de ces évènements. Les assaillants non encore identifiés ont laissé derrière eux plus de 30 morts tous militaires. Ils ont emporté toutes les armes et minutions utiles à leur cause. Puis, ce fut le tour de Dabou situé à une quarantaine de Km d’Abidjan où durant 12h de combat (de 20h du soir à 6h du matin), il eut plusieurs morts dans les rangs des militaires fidèles à Alassane Dramane Ouattara, pendant que les assaillants emportaient encore une fois armes et munitions.

Le vendredi 17 août 2012, une fausse alerte d’attaque de la ville de Bouaké fut annoncée, les militaires de cette ville ont fui les camps pour se fondre dans la population.

La Cote d’Ivoire et surtout Abidjan se trouve dans un véritable état de Psychose. Le Président Alassane Dramane Ouattara qui se trouverait à la Mecque a été prié de proroger son séjour en attendant que la situation ne s’éclaircisse. Le commandement des forces armées aurait été retiré au Général Soumaila Bagayoko, celui-là même qui prétendait avec ses paires de la CEDEAO assister l’armée malienne. Le Commandement aurait été remis à l’ancien porte-parole de la rébellion (déclenchée par Ibrahim Coulibaly alias IB lâchement assassiné), à savoir monsieur Soro Guillaume. Monsieur Soro en tant que président de l’Assemblée Nationale de la Cote d’Ivoire saura t’il relever le défi ? Rien n’est moins sûr étant donné que de fortes dissensions secouent les ex-combattants de la rébellion. En effet, les chefs militaires entre eux, s’adonnent à des guerres de positionnement autour d’Alassane Dramane Ouattara ou de Soro Guillaume. Egalement les certains ex-combattants s’estiment jetés et trahis par Alassane et Soro.

En effet plus de 30 mille combattants n’ont pas été intégrés et n’ont pas reçu les rétributions promises ; encore être moins reconnus. Ceux-ci répondront ils à l’appel à la résistance de Monsieur Soro Guillaume ?

Ce qui apparait, est que les combattants restés fidèle à IB, les fidèles de Laurent GBAGBO, les frustrés de la xénophobie Dioula incarnée par Alassane Ouattara ne se laisseront pas bernés une seconde fois. La détermination de ces assaillants sème la panique au sein du camp d’Alassane et la psychose au sein de la population Ivoirienne.

Il s’agit d’une véritable guerre de guérilla inédite que des autorités ivoiriennes auront du mal à anéantir étant donné que la gestion catastrophique du régime passe de tout commentaire. Justement dans l’optique de gérer une situation qu’il a créé en s’installant au pouvoir dans un bain de sang que, ADO se fait le porte-parole d’une certaine Communauté Internationale pour vendre la souveraineté du Mali dans un langage trompeur d’aider le Mali à se débarrasser de sa rébellion. En réalité ADO et sa CEDEAO qui n’est pas celle des peuples voulaient soutirer à l’Union Européen la bagatelle somme de 550 millions d’euros soit environ 400 milliards de FCFA pour 6 mois de campagne guerrière en république du Mali. L’objectif de ADO constituait à déverser sur le Mali ses ex-combattants abusés et trahis qu’il paierait sur les fonds de la dite Communauté Internationale. La supercherie a été découverte, l’Union Européenne elle-même en crise financière lui aurait conseillé de revoir sa copie. Egalement, par la voie calme au timbre patriotique et nationaliste du colonel major Yamoussa Camara, la nouvelle armée malienne au passé glorieux qui se distingue de celle des généraux de Moussa Traoré, Amadou Toumani Touré et de l’imposteur Alpha Oumar Konaré a humblement demandé à l’Etat-major de la CEDEAO d’aller revoir sa copie.

La nouvelle armée malienne s’est mise debout, ce faisant elle met ainsi dramatiquement à nu la gestion calamiteuse des ministres de la défense et de la sécurité de paille de l’ère démocratique que sont messieurs Boubacar Sada Sy, Dioncounda Traoré, Mohamed Sokona, Soumeïlou Boubeye Maïga, Mahamane Khalil Maiga, Mamadou C Cissouma, Natié Pléa et Sadio Gassama, Ces hommes portent la lourde responsabilité avec leur président respectif, de la déliquescence de l’armée malienne que nous a léguée le Président Modibo Keïta.

En tout cas, le vent nouveau qui souffle sur cette armée est la conséquence positive de l’action salutaire du CNRDRE déclenchée le 22 Mars 2012 qui a permis l’émergence des officiers supérieurs de valeur comme les Colonels, Yamoussa Camara, Dahirou Dembélé, Didier Dacouo, Youssouf Traoré qui n’est pas le même que celui du Comité militaire de Libération Nationale du lieutenant Moussa Traoré et de tous ces officiers subalternes et sous-officiers et hommes de rang bafoués pendant longtemps de leur dignité. Tirons leur, le chapeau.

La RCI est dans un besoin de démocratie, nous souhaitons bonne chance à ce peuple qui a su vivre en bonne harmonie avec nos compatriotes avant l’arrivée de ces politiciens gangsters comme ADO un des géniteurs de l’ivoirité, celui de la carte de séjour contre les étrangers et autres fauteurs de guerre en Afrique. Gageons que le combat en cours ne se passe ni sur des bases ethniques ni sur des bases de règlement de compte, que le peuple ivoirien en sort grandi, solidaire, fraternel et panafricain.

Cellule de communication du Réseau de Communication Kayira

Bamako le 19 août 2012

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes