jeudi, 15 novembre 2018
 

Gambie : Vingt ans de pouvoir autocratique, six faits marquants

Hamidou Tidiane Sy, Madiambal Diagne, Demba Jawo, Chérif Sy, Boukary Dao

En ce jour fatidique du 22 juillet 1994, le président Dawda Jawara à la tête du pays depuis son indépendance en 1965, est renversé par un groupe de jeunes soldats, dirigés par le capitaine Yahya Jammeh. Mais très vite l’euphorie laisse la place au doute puis à l’inquiétude. Le jeune prend goût au pouvoir et n’entend plus le lâcher. Vingt ans après, il est toujours là, plus avide de pouvoir que jamais.

Deux après son accession au pouvoir, Yahya Jammeh organise une élection présidentielle pour légitimer son pouvoir. Avec un retour à un régime civil, le président qui gouvernait par décret, espère, grâce au scrutin, faire revenir la communauté internationale et les bailleurs de fonds qui avaient déserté le pays dès le lendemain du coup d’Etat. Jammeh qui avait pourtant promis un retour du pouvoir aux civils, remportait avec 55% des voix cette consultation très populaire où le taux de participation avoisinait les 90%. Il sera ensuite réélu en 2001, 2006 et 2011. La transparence des derniers scrutins a été fortement contestée.

Dix ans après le putsch, l’assassinat de Deyda Hydara, journaliste réputé, intervenu en décembre 2004, fut un révélateur et tournant pour les défenseurs des Droits de l’homme. Le crime jusqu’ici impuni allait être suivi par d’autres exactions contre des journalistes dont une bonne partie a pris le chemin de l’exil. Selon des estimations faites par des rapports d’Ong, pas moins de 100 journalistes gambiens ont été contraints à l’exil.

Deux ans après l’assassinat de Hydara, un autre journaliste, Ebrimah Manneh dit « Chief Manneh » était porté « disparu » et les services de sécurité gambiens sont soupçonnés d’être mêlés à cette disparition.

Ces deux faits confirment une tendance observée depuis le début des années 2000, avec un gouvernement qui foule au pied les libertés publiques et la dignité humaine. Le 10 avril 2000, les forces de l’ordre avaient déjà violemment réprimé une manifestation d’élèves, faisant 14 morts. Le seul tort de ces élèves était de réclamer justice suite à la mort d’un des leurs aux mains des pompiers et le viol d’une de leur camarade par un homme en tenue.

Comme les affaires Hydara et Manneh, ces morts viennent rejoindre une longue liste d’actes impunis tout au long des 20 années de pouvoir de Jammeh et de ses services de sécurité, notamment la National Intelligence Agency (Nia).

Au-delà des journalistes dont certains ont subi les affres de la torture, à défaut d’être physiquement éliminés, les atteintes du régime touchent aussi les politiques et les acteurs de la société civile muselés par un pouvoir qui ne tolère aucune parole dissidente.

En aout 2012, Yahya Jammeh, jetait un nouveau pavé dans la marre en faisant exécuter neuf prisonniers, brisant ainsi un moratoire de près de 30 ans sur la peine de mort en Gambie où la dernière exécution remontait à 1985.

Cette énième « folie » de Jammeh suscita l’émoi un peu partout dans le monde, d’autant que les condamnés n’ont pas eu droit, selon les observateurs à des procès équitables. Sur place à Banjul, seul un homme en l’occurrence l’imam Baba Leigh à oser braver la peur ambiante et dénoncé publiquement ces exécutions. Il sera arrêté et attrait dans les locaux de la Nia, il fut torturé avant d’être libéré sous la pression montante de la communauté internationale

Dans la foulée, du retour de la peine de mort, les critiques contre le régime gambien s’amplifient. Le gouvernement britannique, à travers un rapport accablant du Foreign Office, ajoutait sa voix au concert de condamnations.

Dos au mur, le président Jammeh annonçait en octobre 2013, à la surprise générale, Le retrait de son pays du Commonwealth, qu’il traite d’institution « néocoloniale ». Une façon pour lui de se venger de l’ancien colonisateur anglais qui fédère sous la coupole du Commonwealth plus de 50 pays. La Gambie était membre depuis 48 ans.

Cette décision prise à l’emporte-pièce est aussi vue comme un acte de défiance vis-à-vis de cette communauté internationale qui commence à sortir de sa léthargie en ce qui concerne la Gambie. Par l’exemple l’Union européenne, principale partenaire au développement de la Gambie est actuellement en train de revoir son aide à ce pays après avoir reçu des délégations de la société civile et d’opposants gambiens en exil.

En juillet 2013, la paranoïa du régime et son opposition à la liberté d’expression prenait une nouvelle tournure à travers le vote par le parlement d’une loi très contraignante, relative à l’information et à la communication.

Selon les dispositions de cette loi, de lourdes sanctions (15 ans de prison et 63000 euros d’amende) sont prévues contre toute personne, reconnue coupable de diffusion de « fausses nouvelles » sur le gouvernement ou des fonctionnaires, de publication de caricatures ou de déclarations désobligeantes à l’encontre de fonctionnaires, d’incitation au mécontentement ou instigation à la violence contre le gouvernement.

A travers cette loi qualifiée de « scélérate », Yayha Jammeh vise à amoindrir la liberté d’expression dont jouissent ses compatriotes sur Internet. Jusqu’ici son régime avait du moins en interne réussi à bien museler la presse dont la branche privée en est même réduite aujourd’hui à l’autocensure. Sur Internet qui demeure une véritable bouée de sauvetage pour la diaspora et les exilés, son régime y est dépeint dans toute sa cruauté avec l’effet amplificateur des réseaux sociaux.

CE TEXTE VOUS A ETE PROPOSE PAR PAMBAZUKA NEWS

* Ne vous faites pas seulement offrir Pambazuka ! Devenez un Ami de Pambazuka et faites un don MAINTENANT pour aider à maintenir Pambazuka LIBRE et INDEPENDANT ! http://pambazuka.org/en/friends.php

** Hamidou Tidiane Sy est journaliste sénégalais, Madiambal Diagne est journaliste sénégalais, Demba Jawo est journaliste gambien, Chérif Sy est journaliste burkinabé, Boukary Dao est journaliste malien

*** Veuillez envoyer vos commentaires à editor@pambazuka.org ou commentez en ligne sur le site de Pambazuka News

**** Les opinions exprimées dans les textes reflètent les points de vue des auteurs et ne sont pas nécessairement celles de la rédaction de Pambazuka News

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes