mardi, 11 décembre 2018
 

Second tour de la présidentielle : Cellou Dalein Diallo s’impatiente

Guinée

Dans une déclaration lors d’une conférence de presse, la première qu’il a animée dans un grand hôtel de Conakry, le leader de l’UFDG demande à la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) d’ « organiser rapidement le second tour de la présidentielle en fixant la date dans les meilleurs délais ». « On ne peut pas organiser le premier tour avec 24 candidats et ne pas pouvoir organiser le second tour avec seulement deux candidats », indique-t-il.

Dans sa déclaration, il affirme que « la Constitution précise que le second tour doit avoir lieu 14 jours après la proclamation des résultats définitifs du premier tour par la Cour suprême », ajoutant « si on nous dit que compte tenu de l’ampleur des faiblesses, des irrégularités constatées, la Ceni a besoin d’une semaine de plus, on peut le concéder consensuellement, c’est ce que nous avons fait ».

Jean-Marie Doré refuse toute précipitation

Aujourd’hui, précise-t-il, « la Ceni propose le 22 août et la responsabilité de l’organisation de cette élection n’incombe qu’à la Ceni, elle seule ».

M. Diallo a expliqué que si la Ceni peut organiser des élections libres et transparentes à cette date, il ne voit « pas pour quoi le Premier ministre Jean-Marie Doré va s’opposer à l’organisation du scrutin à cette date ». Une source proche de la Ceni a expliqué que le Premier ministre Doré a invité samedi quelques responsables de la Ceni, dont le vice-président Amadou Oury Baldé et le responsable des opérations Pathé Dieng, pour leur dire « de ne pas fixer précipitamment une date pour le second tour de l’élection ».

« Si tel est le cas, mon parti et je l’espère le RPG (rassemblement du peuple de Guinée, d’Alpha Condé arrivé second avec 18,25% ) feront la démarche auprès de qui de droit pour obtenir l’organisation de ce second tour », explique M. Diallo.

Pour le second tour, Cellou Dalein Diallo a obtenu mercredi le soutien de l’ancien Premier ministre (1996-1999) Sidya Touré, président de l’UFR (Union des forces républicaines), arrivé 3e avec 13,62%, de Ibrahima Abé Sylla (6e avec 3,23%) et de nombreux petits partis politiques.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes