mardi, 21 novembre 2017
 

Attaque contre la Radio Kayira de Koutiala

L’ancien député RPM Barou Ouattara, fils du jamanatigui (chefferie locale) est le principal commanditaire.

Aux environs de 12H, c’est le crieur public de la ville, le nommé « Tamani-Madou » qui a été commis pour annoncer un rassemblement sur le terrain-bleni (terrain) prévu à 16H30. A l’heure convenue, les assaillants se sont retrouvés pour peaufiner leur plan d’attaque. Plusieurs témoignages concordent sur la présence sur les lieux de l’ancien député Barou Ouattara par ailleurs un des responsables RPM de Koutiala. Il était venu donner sans doute les dernières consignes avant l’assaut.

Barou Ouattara présente un état de service impressionnant. Il est le parrain de la pègre qui ôte le sommeil à tous ceux empêchent les Nanabs de son acabit de régner en maître dans l’espace politique local. Véritable fripouille, il était parmi les commanditaires de l’enlèvement, puis de la séquestration d’un élu du Parti SADI, il y’a quelques années, afin de faire basculer l’issue du vote en faveur des candidats de sa liste aux élections des Conseillers de Cercle. Après avoir tout tenté pour faire raisonner le conseiller notamment contre espèces sonnantes et trébuchantes, Barou Ouattara et ses complices organiseront en plein jour son enlèvement avec des méthodes dignes d’une scène de rodéo. Le Préfet de l’époque voulait profiter de la situation pour organiser le vote et faire perdre SADI. Sa manœuvre frauduleuse a été stoppée nette par le Parti SADI qui l’avait publiquement démasqué et dénoncé auprès de sa hiérarchie.

La plainte formulée contre Barou Ouattara et ses complices, malgré les preuves irréfragables apportées, a été mis au rancard par la Justice devenue dès lors, muette comme une carpe..

Barou Ouattara revient de nouveau, cette fois-ci, pour s’opposer à une décision du Tribunal administratif auprès duquel la radio avait déferré contre les abus de pouvoir d’un Préfet indélicat qui avait fermé la radio suite à des plaintes formulées par « certains notables de Koutiala » qui n’auraient pas apprécié que la Radio révèle les dessous de leur mission au palais à Koulouba. En réalité, cette mafia qui sévit à Koutiala ne veut pas que la Radio émette à l’approche des élections de Conseillers de Cercle qui s’annoncent. Le RPM en bien mauvaise posture veut imposer la numerta à tous ceux qui les empêcheront de tourner en rond. SADI surtout sa bête noire qui a refusé de s’allier avec lui et qui disposera d’un instrument aussi efficace pour mener sa campagne. D’ailleurs, ces apprentis sorciers du RPM avaient partagé la dépouille de SADI. Un partage fait depuis les couloirs secrets du palais présidentiel. Il suffit de fermer illégalement la radio. Les dirigeants SADI vont sortir dans la rue pour affronter l’autorité. Ils tomberont dans le piège qui va se refermer sur eux. Et le Préfet aux ordres trouvera la parade pour masquer la ficelle. Le tour est joué. Malheureusement, ce scenario n’a pas eu lieu. Kayira a choisi l’option judiciaire et a attendu un mois pour que la vérité soit dite. Elle est sortie grandie dans cette épreuve… Le lundi 6 novembre 2017, lorsque l’Huissier est arrivé à Koutiala pour faire exécuter la décision de Justice, le Préfet a fait de la résistance sous prétexte que la radio ne pouvait pas être ouverte pour la simple raison qu’il avait interjeté appel. Son attitude n’a pas intimidé l’Huissier. Celui- avait déjà saisi le contentieux du Gouvernement à Bamako, puis le Procureur et le Commissaire de Koutiala afin d’exécuter sa mission.

Après l’ouverture de la Radio, Barou Ouattara a réuni ses troupes qui sont passées à l’attaque au moment de la sortie de l’école aux environs de 17H30. La Police qui avait été informée quelques heures plutôt a dû appeler en renfort. Les assaillants, munis de coupe-coupe, de gourdins et de bâtons étaient déjà passés à l’attaque. Plusieurs de nos auditeurs venus monter la garde autour de la radio ont été blessés. De nombreux dégâts matériels qui restent à évaluer. Kayira s’est tu pour un petit moment… Mais ne se taiera jamais… La Gendarmerie et la Police montent la garde en ce moment…..

Nouhoum Keita

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes