jeudi, 21 septembre 2017
 

Coup d’Etat au Mali : Non à la dérive dictatoriale !

Lors de la réunion FETAF « SANKORE » du Vendredi 22 Mars, la Fédération des Travailleurs Africains en France (FETAF) a examiné avec beaucoup d’attention la situation dangereuse qui prévaut au Mali et a dénoncé avec la dernière énergie le coup d’Etat. Coup d’Etat perpétré par des groupes de soldats aussi inexpérimentés qu’illégitimes. Pour la FETAF, il s’agit réellement d’un recul de la Démocratie : recul fâcheux qui va contribuer à enrayer le processus démocratique en cours en Afrique.

L’acte commis est d’autant plus intolérable qu’il est ourdi contre la magistrature d’un homme politique de la dimension de AMADOU TOUMANI TOURE dont la contribution pour l’émergence d’un système démocratique au Mali est indéniable.

Cette forfaiture, ainsi commise viole donc la Constitution d’un pays qui a librement et démocratiquement élu son président de la République. Toutes les arguties avancées, et qui font litière des données concrètes d’un pays aux ressources limitées, ne résistent pas à l’analyse… Le Mali, il faut le savoir, pris au dépourvu, est dans une certaine manière victime collatérale de la guerre qui a été menée en Lybie par la coalition des forces étrangères de l’OTAN.

A l’heure actuelle, la FETAF, quant à elle, prend acte de la condamnation du coup d’Etat par les grandes puissances tout en s’interrogent sur la tonalité ambiguë de la position du gouvernement français. Tout laisse à croire, selon nous, que le contentieux relatif au dossier des travailleurs maliens « sans-papiers » continue d’affecter les relations des deux pays ; à cela il faudrait aussi ajouter l’incitation pressante de négociations avec les rebelles qui constitue la pierre angulaire de la diplomatie française pour une sortie de crise. Sortie de crise qui, à notre avis, passe par l’intégrité du territoire malien.

En tout cas, l’heure est grave à tout point de vue : L’Afrique, qui a toujours considéré le Mali comme l’une des références en matière de démocratie, doit se mobiliser pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel afin que le président AMADOU TOUMANI TOURE soit restauré dans ses droits de citoyen et de magistrat suprême du pays souverain, le Mali.

Halte à la dérive dictatoriale et aux menées subversives de sécession téléguidées de l’Extérieurs !

A bas le coup d’Etat !

Vive le Mali libre, uni et démocratique.

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS

"Areva au Niger : un environnement sacrifié"[tiré de Survie France le 19 septembre 2017]

Liberté coloniale[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Mo Ibrahim tacle la France[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Ouattara dans de bonnes mains[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Milices européennes[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Sessions de rattrapage[tiré de Survie France le 18 septembre 2017]

Soutien français à la déforestation[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

Non merci[tiré de Survie France le 16 septembre 2017]

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ...

Thèmes