lundi, 11 décembre 2017
 

Déclaration de la Jeunesse SADI sur la situation actuelle du Mali

Depuis plus d’une année, notre pays est occupé dans sa partie nord par des groupes islamo- fascistes et narcoterroristes grâce à la complicité du régime déchu d’Amadou Toumani TOURE. Une situation de chaos et d’anarchie s’est installée, conséquence de l’effondrement de l’Etat, bloquant ainsi toute perspective de développement économique et sociale durable.

Cela a occasionné par ailleurs l’ impossibilité de tenir des élections en l’absence d’un fichier électoral à deux mois de l’échéance ; l’impréparation totale au niveau de la Commission Nationale électorale Indépendante (CENI) dont était exclue l’opposition ; une volonté de plonger les électeurs dans la confusion par le couplage-élection présidentielle du 29 avril et referendum constitutionnelle (qui est anticonstitutionnelle à deux mois de la fin du mandat présidentiel) et après les élections législatives ; les agissements manifestes du Président ATT pour empêcher l’armée de défendre le territoire et favoriser son occupation par des hordes de bandits et ainsi priver une partie des citoyens maliens d’accéder aux différents votes.

La crise politique et institutionnelle qui a suivi la chute d’ATT et sa gestion antidémocratique par le Professeur Dioncounda Traoré et ses alliés du FDR n’a pas permis d’instaurer un débat démocratique profond afin de jeter les bases d’une transformation qualitative de nos institutions et de notre Etat.

La Convention nationale souveraine qui était et demeure le seul cadre d’expression démocratique permettant à notre peuple de dessiner les contours d’un projet collectif nouveau à été systématiquement saboté par le Professeur Dioncounda Traoré, la CEDEAO, l’Union Européenne et les Nations-Unies qui étaient hostiles à toute démarche de solution nationale autonome qui garantit notre indépendance et préserve les intérêts des maliens.

Ainsi depuis janvier 2013, l’opération militaire française « serval » accueillie avec enthousiasme par les masses désemparées et désabusées par les amputations, flagellations, lapidation a révélé la nature funeste de son projet sécessionniste et la collusion de la France avec les bandits séparatistes du soit disant MNLA qu’elle tente par tous les moyens de remettre en selle malgré les crimes de guerre perpétrés et les violations massives des Droits de l’Homme.

Après la libération des villes de Gao et Tombouctou en parfaite coordination avec l’armée malienne, la France a opéré un virage stratégique à 180° en débarquant seule à Kidal sans l’armée malienne afin de mettre en œuvre son schéma de création d’un Etat fantoche, sans base légale au regard du droit international et au mépris du principe de l’autodétermination.

Pour donner corps à ce projet colonial, les autorités intérimaires illégales et illégitimes décrétèrent l’Etat d’urgence afin de combattre toute résistance patriotique et progressiste du MP22 et de la COPAM contre ces manœuvres criminelles.

Dans ce contexte d’impasse et de confusion générale, le front social est marqué par une poussée de la spirale inflationniste, avec une hausse vertigineuse des prix de denrée de première nécessité (sucre, lait, huile, riz) une flambée des prix des hydrocarbures, du Gaz domestique, de l’électricité, du transport.

La jeunesse du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance :

- Exprime son inquiétude face à la situation qui prévaut à Kidal où l’armée malienne est interdite d’accès et la ville livrée aux séparatistes du soit disant MNLA honnis par les populations de cette localité qui ne supportent plus le racket et le pillage ;

- Exprime son opposition ferme à toute négociation avec les terroristes séparatistes du soit disant MNLA qui sont responsables de la situation de guerre que notre pays a connu ;

- Exige que les crimes du 24 janvier 2012 perpétrés à Aguel Hoc par le soit disant MNLA et ses alliés d’AQMI, du MUJAO, d’Ansardine ne restent pas impunis.

- Enfin, la Jeunesse du Parti SADI s’incline devant la mémoire des vaillants soldats maliens et étrangers tombés sur le champ de l’honneur, prie pour le repos de leur âme et souhaite prompt rétablissement aux blessés.

Bamako, le 04 Avril 2013 Le Commissaire Principal

Ibrahima KEBE

En avant pour la Dignité de

notre Peuple ! Nous vaincrons

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes