mercredi, 20 mars 2019
 

Mali : Deuxième session ordinaire du parti SADI : Le parti exige un fichier électoral fiable

La deuxième session ordinaire du parti la Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) a commencé le samedi 25 et prendra fin Dimanche 26 juin 2011 au CRES de Badalabougou sous la présidence de Cheick Oumar Sissoko président du parti et beaucoup d’autres partis invités.

D’entrée de jeu, le président du parti a annoncé la couleur : « A quelques mois de l’élection présidentielle, la situation reste extrêmement confuse dans notre pays. Au plan politique, les autorités entretiennent la confusion et le flou artistique autour de l’organisation des élections législatives et présidentielles et travaillent a créer les conditions d’une cession pure et simple du pouvoir a celui qu’elles estiment capable de poursuivre le travail entamé depuis deux décennies : a savoir, le renforcement de notre dépendance vis-à-vis des institutions financières internationales (FMI et Banque Mondiale), la liquidation de tous les secteurs vitaux et stratégiques de l’économie nationale, la poursuite effrénée des privatisations, la destruction de notre système éducatif et de santé, l’affaiblissement progressif de l’Etat avec des risques évidents de partition et de menaces de tous ordres, la rupture totale entre l’Etat et les citoyens, l’insertion de plus en plus poussée de notre économie dans le système capitaliste mondial. Tout cela fait de la décentralisation administrative et institutionnelle une coquille vide. L’Etat est là pour la figuration ».

Cheick Oumar Sissoko dira aussi que comme en 1997, en 2002 ou encore en 2007, les élections ne seront pas organisées dans les conditions de transparence et de régularité et ne permettront pas aux différentes forces politiques de s’affronter dans une saine compétition politique afin de permettre au peuple de faire un choix éclairé et conscient.

Selon le président de la Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance, la gestion actuelle de la question électorale par les autorités ne laisse subsister aucun doute : absence de fichier électoral fiable, organisation des consultations référendaires pour des réformes constitutionnelles inopportunes. Il a ajouté aussi qu’au Mali, comme ailleurs en Afrique, les processus démocratiques au début des années 1990, avalées par des conférences nationales, se sont achevées par des élections truquées, avec la caution et la bénédiction des observateurs extérieurs.

Selon lui, au regard du contexte international, nous assistons à des ingérences flagrantes de certains pays du Nord dans le fonctionnement de nos institutions. Ces pays sont à la recherche de prétextes d’agression directe contre nos Etats pour imposer ouvertement des hommes dévoués à leurs intérêts. Derrière le masque trompeur de soutien aux processus démocratiques, ils s’ingèrent dans nos affaires intérieures dans le but de prendre le contrôle effectif de nos ressources naturelles stratégiques pour garder leurs positions d’hégémonie en matière d’accès à ces ressources dans un contexte de concurrence et de compétition féroce entre les industries du nord et celles des pays émergents.

Le président de Sadi réaffirme son soutien à l’initiative du président Hugo Chavez en faveur d’un règlement pacifique de la crise libyenne. Il a appelé les militants du parti à ne jamais baisser les bras, ni à renoncer à leurs engagements et à leurs convictions.

Moussa Samba Diallo stagiaire

Source :http://www.maliweb.net

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes