dimanche, 20 janvier 2019
 

Mali : Odeur de poudre et de néocolonialisme

Hollande conduit la France dans une guerre sur la base d’un mensonge comme Bush l’a fait avec les armes de destruction massive en Irak, ou Sarkozy en Libye pour Benghazi d’une attaque imminente. Une fois l’opération militaire française lancée, qui était initialement de bloquer une colonne d’une dizaine de véhicules de djihadistes vers le sud, l’objectif a évolué, et permet d’agir à sa guise puisqu’il s’agit désormais d’éradiquer le terrorisme au Mali. Evidemment, le gouvernement français tente de donner un vernis légal à cette intervention. Elle répondrait à l’appel du président malien, un président élu par personne contesté par beaucoup de monde, qui a été mis en place par la CEDEAO elle-même dirigée par Alassane Ouattara qui doit son pouvoir à l’armée française. Quant à la résolution de l’ONU 2085, elle parle d’une intervention militaire seulement des troupes africaines. Enfin, l’accord de coopération militaire entre le Mali et la France est clair. Non seulement il n’autorise pas une intervention des troupes françaises mais il l’interdit expressément. En effet, dans son article 2 il est stipulé que les militaires français « ne peuvent, en aucun cas, prendre part à la préparation et l’exécution d’opérations de guerre, de maintien ou de rétablissement de l’ordre ou de la légalité » et l’article 12 « exclut toute possibilité de stationnement d’unités constituées des forces armées françaises sur le territoire malien »(1)

Alors, la classe politique dans un beau consensus, argue que si la France est intervenue c’est parce que c’est un pays ami. La France, parmi les pays riches, serait donc le seul pays ami du Mali. Conscient que l’explication est un peu courte, certains nous expliquent que les relations entre la France et le Mali sont historiquement proches et privilégiées. En d’autres termes, si la France peut se permettre d’intervenir en toute impunité c’est parce que le Mali est une ancienne colonie. Pourtant on se rappellera trois mois plus tôt, que Hollande dans son discours à l’Assemblée Nationale à Dakar déclarait : « Le temps de la Françafrique est révolu » et plus précisément, « La France apportera un appui logistique. Mais à sa place. C’est dans cet esprit que je conçois la résolution de la crise malienne. »

Conséquences néfastes

Au lieu de protéger les pays voisins du nord Mali, qui est un des but affiché de cette guerre, cette opération pousse les djihadistes à étendre leur champ d’intervention avec des conséquences dramatiques comme la prise d’otages du centre gazier In Menas qui s’est terminée tragiquement par la mort d’une trentaine de salariés algériens et expatriés. Même au plus haut niveau de la guerre civile en Algérie dans les années 90, jamais les centres gaziers stratégiques pour le pays n’ont été pris comme cible. Par contre indéniablement ceux qui pour l’instant, profitent pleinement de cette crise, ce sont les dictateurs africains. Ainsi au Togo Faure Gnassingbé, qui envoie 500 hommes, peut en tout tranquillité emprisonner les dirigeants de l’opposition. Quant à Idris Déby d’un coup il devient courtisé lui qui est responsable au Tchad, des multiples atteintes aux droits humains et de la disparition de l’opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh, parce qu’il envoie 2000 hommes en renfort de l’armée française.

La menace d’une crise humanitaire se précise. En effet, les fermetures des frontières empêchent la circulation des denrées alimentaires et bloquent le carburant nécessaire à l’alimentation de l’eau potable dans les villes. Situation aggravée par l’impossibilité pour les populations de pratiquer les cultures de contre saison.

Enfin dans cette région où les différentes communautés restent divisées les risques de règlements de compte et de vengeances peuvent engranger un cycle de violence.

Why ?

L’enjeu de cette guerre est d’abord de sécuriser les mines d’uranium du Niger dans la région d’Arlit proche du nord Mali, exploitées par la multinationale AREVA Les enjeux sont importants car AREVA vient de mettre la main sur le gisement d’Imouraren, un des plus grand du monde. Elle est aussi géopolitique. En effet, la politique interventionniste de la France permet de conforter son pré carré africain et ainsi de maintenir sa stature de puissance mondiale avec là aussi des retombées économiques importantes pour les capitalistes. La reconstruction de la Côte d’Ivoire est une aubaine pour les entreprises françaises. Quant à la Libye, il est déjà acquis que la France pourra faire main basse sur une partie de son pétrole. C’est peut être le général de division Desportes, ancien directeur du CID (Collège Interarmées de Défense) qui résume le mieux la situation : Nous ne pouvons pas espérer conserver nos modes de vie et notre prospérité si nous n’allons pas à l’extérieur du territoire national participer à la stabilisation et au règlement des crises

Paul Martial

http://basedoc.diplomatie.gouv.fr/e...

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes