mardi, 21 novembre 2017
 

Les mines d’uranium exploitées au Niger par le groupe français Areva menacent la population

6 mai 10 -

La radioactivité contamine le sol, l’air et l’eau autour des mines d’uranuim d’AREVA au Niger. Une nouvelle étude montre que cette radioactivité est une menace pour la santé des personnes qui vivent autour de ces mines. AREVA fournit notamment du combustible nucléaire aux centrales nucléaires suisses.

Greenpeace - Aujourd’hui, des militants Greenpeace apportent à l’OMS à Genève des échantillons de sol et d’eau contaminés par la radioactivité et prélevés dans les régions du Niger où se trouvent les mines d’uranium d’AREVA. Autour de ces mines, la radioactivité du sol peut atteindre 110 fois les valeurs habituelles dans la région. « La radioactivité fait des victimes et aggrave la pauvreté parce que nous y sommes soumis chaque jour. Nous sommes entourés d’air contaminé, d’eau et de sols empoisonnés – pendant qu’AREVA gagne des centaines de millions avec nos ressources », dénonce Almoustapha Alhacen, Président de l’ONG Aghir in’Man.

En novembre 2009, Greenpeace a mesuré la radioactivité du sol, de l’eau et de l’air dans les villes d’Arlit et d’Akokan qui se trouvent à quelques kilomètres des mines d’uranium. Les échantillons ont été analysés en collaboration avec la Commission française de Recherche et d’Information indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD). « Nos analyses montrent que dans quatre des cinq échantillons d’eau, la contamination radioactive dépasse les valeurs indicatives de l’OMS. Les échantillons contenaient de l’uranium, du radon dissout et des produits chimiques. La population et les ouvriers des mines boivent cette eau », déclare Bruno Chareyron, physicien nucléaire à la CRIIRAD. Deux mines situées au Niger fournissent la moitié de l’uranium extrait par AREVA. Le Niger est un des pays les plus pauvres de la planète malgré qu’il en soit un des principaux exportateurs d’uranium. AREVA possède déjà un contrat pour extraire l’uranium d’une troisième mine ; les travaux devraient y commencer en 2013 ou 2014.

Quatre des cinq centrales nucléaires (CN) suisses font partie des clients d’AREVA. De l’uranium africain fourni par AREVA est utilisé en Suisse depuis les années 1990. On ne connaît pas précisément la quantité d’uranium provenant du Niger que les CN suisses utilisent et utiliseront à l’avenir. Les exploitants des CN suisses se cachent derrière le secret commercial pour ne pas fournir cette information.

« Le rapport de Greenpeace sur le Niger montre que la production de courant nucléaire n’est pas propre ni favorable à l’environnement, et qu’elle laisse une énorme hypothèque de déchets radioactifs et de risques pour la santé publique et l’environnement. AREVA doit cesser de gaspiller les rares ressources en eau de la région pour extraire de l’uranium et irradier la population. La contamination radioactive des villes et villages autour des mines doit cesser », exige Stefan Füglister, spécialiste du nucléaire pour Greenpeace Suisse. « Le public ne doit pas fermer les yeux devant les souffrances de dizaines de milliers de personnes en Afrique », complète Jean Ziegler, vice-Président du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Greenpeace exige des études indépendantes sur la radioactivité dans les régions d’extraction d’uranium et un assainissement des régions contaminées. AREVA doit assumer ses responsabilités pour ses activités au Niger et sur le reste de la planète

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Thèmes