vendredi, 13 décembre 2019
 

Niger – Nouveau coup d’Etat

Le CSRD (Conseil Suprême pour la Restauration de la Démocratie) a agi « au nom de l’intérêt supérieur de la nation nigérienne et non pour son propre compte » a assuré le capitaine Harouma Djibrilla Adamou, membre de la junte militaire. C’est donc le 18 février dernier que le Niger a subi son quatrième coup d’Etat depuis son indépendance en 1960. Ce nouveau coup de force militaire fait suite à une grave crise politique impulsée par le président Mamadou Tandja lui-même. Au pouvoir depuis 1999, son deuxième et ultime mandat devait s’achever le 22 décembre 2009 et ouvrir de nouvelles élections. C’est donc animé d’une force L autocratique et sous prétexte de vouloir « terminer ses chantiers » qu’il va purement et simplement dissoudre le parlement puis la Cour Constitutionnelle, obtenir une prolongation de son mandat « pour au moins trois ans » par un simulacre de référendum et ainsi établir une nouvelle constitution. Rien de moins. Les agissements du président avaient été condamnés par la communauté internationale et la CEDEAO et qualifiés par beaucoup de coup d’Etat constitutionnel. Des négociations Politique, économie et société s’étaient alors engagées sous l’égide de l’ex-président nigérian Abdoulsalami Aboubacar (médiateur de la CEDEAO) entre le gouvernement nigérien et l’opposition pour trouver une sortie de crise improbable au vu des conditions imposées par le président Tandja qui voulait maintenir la VIème République (instaurée de façon autocratique) et le CFDR (Coordination des Forces pour la Démocratie et la République) exigeant le retour à l’ordre constitutionnel normal. Ces manoeuvres de Tandja pour se maintenir au pouvoir et son entêtement visible à bloquer les négociations avec l’opposition empêchant toute sortie de crise ont fini par irriter une partie de l’armée qui a décidé d’agir en faisant irruption à la présidence où se tenait un conseil des ministres extraordinaire et emmener le président. Dans la foulée, le CSRD, mené par le chef d’escadron Salou Djibo, a annoncé la suspension de la Constitution et dissous le gouvernement. Assurant que le Niger devait devenir un « exemple de démocratie et de bonne gouvernance », le porteparole de la junte a également fait connaître son intention d’ « assainir la situation politique, de réconcilier les Nigériens et d’organiser des élections ». Le 22 février, sans indiquer la durée de la transition, Salou Djibo devenait chef de l’Etat pendant cette période afin de créer de nouvelles institutions. Le lendemain, un premier ministre, Mahamadou Danda, était nommé et les jours suivants, la junte indiquait qu’aucun membre de la junte ayant pris le pouvoir lors du coup d’Etat ou membre du gouvernement de transition ne se présenterait à la prochaine élection présidentielle. Début mars, après avoir formé un gouvernement de transition, la junte a annoncé à Dakar la création prochaine d’un « conseil consultatif » chargé de fixer la date de la prochaine présidentielle. Après avoir reçu une « mission d’explication » dirigée par un membre de la junte, le colonel Hassan Mossi, le Sénégal a indiqué avoir compris le sens de l’action et les raisons pour lesquelles les militaires ont pris le pouvoir et a assuré vouloir défendre leur lutte auprès de l’Union Africaine. Même si l’Union européenne et l’Union africaine condamnent cette prise de pouvoir par les armes (trois morts et une dizaine de blessés) et demandent un « retour rapide à l’ordre constitutionnel », certains observateurs considèrent ce putsch comme une possibilité de mettre fin à une dérive autocratique et personne n’a encore osé demandé le retour du président Tandja. Les cartes sont maintenant entre les mains des militaires qui ont pour l’instant le peuple nigérien avec eux. Si le but du coup d’Etat était de débarrasser le pays de la dictature, qu’ils aillent jusqu’au bout et qu’ils ne se laissent pas atteindre par le vertige du pouvoir comme en Guinée, au Tchad, au Togo... Confrontés à une famine qui s’annonce, à l’abandon des populations locales (notamment touarègues) et à la malédiction que représentent ses riches sous-sols, le Niger doit profiter de ce retournement de situation. Pour cela nous devons le laisser faire et abandonner définitivement notre discours manichéen du silence ou de l’ingérence.

Isabel Ferreira

 
A propos de Afriques en Lutte

Afriques en lutte est un collectif de militant(e)s anticapitalistes membres ou non de plusieurs organisations politiques. Ce site présente les articles parus dans le bulletin (envoi gratuit sur simple demande) ou d’autres publications amies. Notre objectif est de diffuser, à partir d’un point de vue militant, un maximum d’informations (politiques, économiques, sociales et culturelles) sur le continent africain et sa diaspora.

Si les articles présents sur ce site reflètent une démarche volontairement ouverte et pluraliste, leurs contenus n’engagent, bien évidemment, que leurs auteur-e-s. Tous les commentaires sont bienvenus. La rédaction se réserve toutefois le droit de les modérer : les propos injurieux, racistes, sexistes, homophobes, diffamatoires, à caractère pornographique, pédophile, ou contenant des incitations à la haine ne seront pas publiés.

Pour nous contacter : afriquesenlutte@gmail.com

Fils de nouvelles RSS
Thèmes